July 4, 2015 / 10:09 AM / 3 years ago

Une note de Wikileaks sur les systèmes d'écoute des ambassades US

PARIS (Reuters) - Une nouvelle note de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) publiée par Wikileaks avec trois médias européens confirme que les Etats-unis utilisent les toits de leurs ambassades pour “écouter” les dirigeants de pays alliés, rapporte Libération.

Derniers étages de l'ambassade américaine à Paris. Une nouvelle note de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) publiée par Wikileaks avec trois médias européens confirme que les Etats-unis utilisent les toits de leurs ambassades pour "écouter" les dirigeants de pays alliés, rapportent Libération, Mediapart et la Süddeutsche Zeitung. /Photo prise le 24 juin 2015/REUTERS/John Schults

Cette note, citée par Libération, Mediapart et la Süddeutsche Zeitung, porte les trois lettres SCS pour “Special collection service”, une unité commune à la NSA et à la CIA, spécialisée dans la surveillance clandestine.

Dans ce document, les dirigeants allemands sont notamment désignés comme des cibles. Il y est aussi question d’une conversation du 13 décembre 2011 entre un conseiller de la chancelière Angela Merkel, Nikolaus Meyer-Landrut, et un membre du premier cercle de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, Xavier Musca.

La note est également estampillée “FVEY” (“Five Eyes”), ce qui signifie qu’elle est aussi destinée aux services britanniques, canadiens, australiens et néo-zélandais, ajoute le journal.

Selon Libération, qui s’appuie également sur une note interne de la NSA publiée l’an dernier par Der Spiegel, les Etats-Unis disposent en Europe d’au moins 19 stations d’écoute secrète de type SCS, comme celles qui sont dissimulées sur le toit des ambassades américaines à Paris et Berlin, notamment à Athènes, Francfort, Genève, Madrid, Rome et Vienne.

Ces dernières semaines, Wikileaks a diffusé des notes démontrant notamment que la NSA avait écouté trois présidents français de 2006 à 2012.

Les autorités françaises n’en ont pas moins rejeté vendredi une demande d’asile du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, recherché par la justice américaine et réfugié depuis juin 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below