November 16, 2014 / 6:13 PM / 4 years ago

Fillon accuse Hollande de machination à mots couverts

PARIS (Reuters) - François Fillon a implicitement accusé dimanche François Hollande d’être à l’origine d’une “machination” pour l’éliminer, ainsi que Nicolas Sarkozy, de la course à l’élection présidentielle de 2017.

François Fillon a implicitement accusé dimanche François Hollande d'être à l'origine d'une "machination" pour l'éliminer, ainsi que Nicolas Sarkozy, de la course à l'élection présidentielle de 2017. /Photo prise le 14 novembre 2014/REUTERS/Eric Gaillard

Dans le livre “Sarko s’est tuer”, les journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet affirment que l’ancien Premier ministre, désormais rival de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2017, a demandé à Jean-Pierre Jouyet, lors d’un déjeuner le 24 juin, de “taper vite” sur l’ancien président pour ne pas “le laisser revenir”.

Après un démenti, le secrétaire général de l’Elysée est revenu sur ses dires, affirmant que François Fillon lui avait effectivement parlé du dossier Bygmalion et du paiement des pénalités liées à l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

“C’est une affaire qui ressemble étrangement à une machination”, a commenté sur BFM TV François Fillon, qui dément catégoriquement avoir tenu de tels propos.

“Comme je ne pense pas que le secrétaire général de l’Elysée puisse agir sans au moins en informer le chef de l’Etat, il y a un vrai soupçon que nous soyons en face d’une véritable affaire d’Etat”, a-t-il souligné.

“On voit assez bien le mobile du crime”, a poursuivi le député de Paris, qui a attaqué en diffamation les journalistes du Monde et Jean-Pierre Jouyet.

“Pour commencer, on abat un concurrent et ensuite, avec une seule balle, on en abat un deuxième”, a-t-il dit.

“Il est quand même un peu étrange, a jugé François Fillon, que les deux journalistes du Monde (...) qui manifestement ont table ouverte à l’Elysée (...) publient un livre qui est totalement à charge contre l’ancien président de la République.”

L’idée même de solliciter la présidence pour accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy est “inconcevable”, a affirmé François Fillon.

“On a le sentiment que tous ceux qui ont l’audace de vouloir être candidat à l’élection présidentielle à un moment ou un autre de leur existence sont confrontés à des accusations mensongères, à des calomnies”, a-t-il déclaré.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below