November 15, 2014 / 10:48 AM / 4 years ago

Le conflit ukrainien en vedette au sommet du G20

BRISBANE Australie (Reuters) - Le conflit ukrainien a relégué au second plan les discussions sur la croissance économique mondiale, samedi au sommet du G20 à Brisbane en Australie, l’Europe appelant la Russie à cesser d’acheminer armes et troupes dans l’est de l’Ukraine et brandissant la menace de nouvelles sanctions contre Moscou.

Le conflit ukrainien a relégué au second plan les discussions sur la croissance économique mondiale, samedi au sommet du G20 à Brisbane en Australie, l'Europe appelant la Russie à cesser d'acheminer armes et troupes dans l'est de l'Ukraine et brandissant la menace de nouvelles sanctions contre Moscou. /Photo prise 15 novembre 2014/REUTERS/Pablo Martinez Monsivais/Pool

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé que les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se réuniraient lundi pour évaluer la situation en Ukraine et envisager de nouvelles mesures, dont peut-être des sanctions supplémentaires, à l’encontre de la Russie.

“La Russie doit cesser d’acheminer des armes et des troupes en Ukraine, et elle doit retirer les soldats qui s’y trouvent déjà”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

L’Ukraine va figurer en bonne place des discussions que doivent avoir les dirigeants européens avec Barack Obama lors du sommet du G20, a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine participe à ce sommet du G20 et les déclarations de Van Rompuy augurent des pressions qu’il va subir de la part de ses homologues occidentaux à Brisbane.

“Je tiens à réaffirmer que l’Union européenne continue de penser qu’il ne peut y avoir qu’une solution politique à la crise. Nous continuerons d’user de tous les moyens diplomatiques, y compris de sanctions, à notre disposition”, a dit Van Rompuy.

Les dirigeants pro-occidentaux de l’Ukraine et l’Otan accusent la Russie d’avoir envoyé des soldats et des armes dans les régions tenues par les séparatistes, afin de les aider à lancer une éventuelle nouvelle offensive, au mépris de la trêve conclue début septembre. Moscou dément avoir envoyé des militaires et des blindés en Ukraine.

LES AUSTRALIENS PARLENT ÉCONOMIE MONDIALE

Le Premier ministre britannique David Cameron, lui aussi présent au sommet du G20, a jugé vendredi inacceptables les actes de la Russie en Ukraine, avertissant qu’ils pourraient entraîner un élargissement des sanctions américaines et européennes contre Moscou.

Le président américain Barack Obama, lui, a jugé samedi l’agression menée par la Russie contre l’Ukraine “épouvantable” et il a cité à l’appui le tir de missile séparatiste qui a abattu en juillet le vol MH17 de la compagnie aérienne Malaysia Airlines.

Malgré la tension liée au conflit ukrainien, l’Australie, pays hôte du sommet, cherche à faire en sorte que les dirigeants parlent surtout des réformes économiques et des moyens de doper la croissance mondiale.

Un plan visant à augmenter la croissance économique mondiale de l’ordre de deux points de pourcentage au cours des cinq ans à venir est en bonne voie, a déclaré le ministre australien des Finances, Joe Hockey.

“Cette ambition se traduira par deux mille milliards de dollars d’activité économique supplémentaire au plan mondial et par des millions de nouveaux emplois”, a-t-il détaillé.

Barack Obama, dans un discours devant l’Université du Queensland à Brisbane, s’est employé à rassurer les alliés de Washington sur la détermination des Etats-Unis à maintenir un équilibre de la sécurité dans la région Asie-Pacifique.

“Nul ne doit douter de notre détermination et de notre engagement envers nos alliés”, a- t-il prévenu, dans un message à peine voilé à la Chine.

“Nous pensons que les pays et les peuples ont le droit de vivre dans la sécurité et la paix; que tout ordre efficace pour la sécurité de l’Asie doit s’appuyer non pas sur des sphères d’influence, sur la coercition ou l’intimidation des grandes nations contre les petites, mais sur des alliances pour la sécurité mutuelle, sur le droit international et la résolution pacifique des litiges”, a-t-il dit.

Eric Faye pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below