October 16, 2014 / 12:17 PM / in 4 years

Les raids aériens stoppent l'avancée islamiste à Kobani

MURSITPINAR, Turquie (Reuters) - Les raids aériens de la coalition conduite par les Etats-Unis ont stoppé la progression des djihadistes de l’Etat islamique (EI) qui cherchent depuis un mois à prendre la ville kurde syrienne de Kobani, près de la frontière turque, a déclaré jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Nuage de fumée dans Kobani. Les raids aériens de la coalition conduite par les Etats-Unis ont stoppé la progression des djihadistes de l'Etat islamique qui cherchent depuis un mois à prendre la ville kurde syrienne de Kobani, près de la frontière turque. /Photo prise le 16 octobre 2014/REUTERS/Kai Pfaffenbach

La coalition internationale a mené ces derniers jours ses raids les plus intensifs contre les combattants de l’EI autour de Kobani. Des avions ont encore survolé jeudi la ville, où des tirs étaient entendus, a rapporté un journaliste de Reuters.

Le Commandement central (CentCom) américain dit avoir mené 14 attaques aériennes près de Kobani mercredi et jeudi. Il précise que ces raids ont apparemment ralenti l’avance des djihadistes mais que la situation reste difficile sur le terrain.

Les frappes ont visé 19 bâtiments, deux postes de commandement, trois positions de combat et trois emplacements de “snipers”, des tireurs isolés.

Selon l’OSDH, six raids aériens ont été menés dans la nuit de mercredi à jeudi à l’est de la ville et la ligne de front s’est apparemment stabilisée.

D’après plusieurs sources à Kobani, les forces kurdes ont repoussé les islamistes dans le sud et l’est de la ville.

Les frappes aériennes sont désormais plus nombreuses et plus précises grâce à une meilleure coordination entre la coalition et les défenseurs de la ville.

L’augmentation des frappes s’explique en partie par le fait que les djihadistes ont intensifié leurs attaques, a précisé le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone. “Plus ils accumulent de moyens autour de Kobani, plus nous avons de cibles à frapper”, a-t-il dit. “Nous savons que nous en avons tué plusieurs centaines.”

Il ne resterait selon lui que quelques centaines de civils bloqués dans Kobani, qui comptait 400.000 habitants avant l’offensive de l’EI d’après le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Les mauvaises conditions météorologiques qui règnent en Irak ont également permis de redéployer une puissance de feu supérieure dans le secteur de Kobani.

Des sources kurdes ont par ailleurs indiqué que les miliciens des Unités de protection du peuple kurde (YPG) avaient repris le contrôle de certains secteurs.

Toutefois, les leaders kurdes réclament toujours des armes et des munitions, ce que refuse la Turquie.

Humeyra Pamuk, avec Phil Stewart et David Alexander à Washington, Henri-Pierre André, Clémence Apetogbor et Guy Kerivel pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below