for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus: Des catholiques prient pour que la messe soit de nouveau autorisée

NANTES (Reuters) - Alignés sous leurs parapluies, des centaines de catholiques se sont rassemblés dimanche sur une place du centre de Nantes pour demander dans une prière collective au gouvernement d’autoriser à nouveau les messes à se tenir.

Slideshow ( 2 images )

Des catholiques avaient appelé dimanche à des rassemblements dans une vingtaine de villes françaises pour protester contre l’interdiction des cérémonies religieuses par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus.

Certaines de ces manifestations ont été interdites par les autorités, notamment à Paris où la préfecture de police a mis en garde contre tout rassemblement devant l’église Saint-Sulpice, où les fidèles avaient organisé vendredi des prières de rue sans respecter des règles sanitaires.

A Nantes, où le rassemblement était autorisé, les personnes qui ont participé à la prière ont pris soin de porter des masques et de respecter les distances de sécurité, tout en affichant leur détermination face à la menace de verbalisation brandie vendredi par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

“On a besoin de cette nourriture spirituelle. Quand on est privé de messe, c’est comme si on était privé de nourriture”, a déclaré à Reuters Jérôme Duchesne, un des fidèles présents. “C’est très dur pour nous.”

Dans le cadre du confinement instauré en France depuis le 30 octobre, les rassemblements avec un large public dans les lieux de culte sont interdits. Ceux-ci restent néanmoins ouverts pour le recueillement individuel.

Interrogé sur Franceinfo, l’administrateur apostolique du diocèse de Lyon, Mgr Michel Dubost, a appelé dimanche les catholiques à la “patience”.

“Nous ne sommes pas les seules victimes du coronavirus”, a-t-il rappelé, invitant les croyants à consacrer leur énergie à aider les autres à l’occasion de la “Journée mondiale des pauvres”, ce 15 novembre.

Tout en dénonçant les rassemblements “contraires aux lois de la République”, Gérald Darmanin a annoncé vendredi qu’il recevrait lundi les représentants des principaux cultes pour évoquer les conditions dans lesquelles pourraient se tenir à nouveau des cérémonies.

En février, un rassemblement de chrétiens évangéliques dans une église de Mulhouse avait provoqué un important cluster et favorisé la diffusion du virus à travers la France et au-delà des frontières.

Stéphane Mahé et Tangi Salaün

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up