for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus: 551 décès et 20.155 cas en 24 heures en France

Le directeur général de la santé a fait état lundi de 551 décès supplémentaires en 24 heures dus au coronavirus dans les hôpitaux français et de 20.155 nouveaux cas, chiffre qui était la veille de 38.619. /Photo prise le 9 novembre 2020/REUTERS/Stéphane Mahé

(Reuters) - Le directeur général de la santé a fait état lundi de 551 décès supplémentaires en 24 heures dus au coronavirus dans les hôpitaux français et de 20.155 nouveaux cas, chiffre qui était la veille de 38.619.

Le nombre de patients hospitalisés s’élève à 31.125, dont 4.690 se trouvent en réanimation, a précisé au cours d’une conférence de presse Jérôme Salomon, selon lequel le pic de l’épidémie “est devant nous” même si des “signes d’espoir” apparaissent dans les métropoles concernées par le couvre-feu instauré avant le reconfinement.

“Ce soir, nous dépassons les 1.807.479 cas et déplorons 40.987 décès”, a-t-il poursuivi, soulignant que la France arrivait au quatrième rang mondial en nombre de contaminations en raison du grand nombre de tests effectués.

“La plus grande vigilance doit absolument être maintenue (...) Partout où ont été appliquées des mesures de freinage, un ralentissement a eu lieu”, a souligné Jérôme Salomon.

“Nos efforts ont toujours été récompensés (...) Les métropoles qui ont bénéficié de mesures de freinage précoces, en particulier du couvre-feu, commencent à observer une progression plus lente de l’épidémie. C’est encourageant et cela nous incite à continuer collectivement nos efforts pour accentuer le mouvement.”

“La situation épidémique demeure très préoccupante. Nous sommes à un moment crucial. Nos efforts actuels, par le respect du confinement sur l’ensemble du territoire national, doivent nous permettre d’atteindre nos objectifs qui sont la baisse du R sous le 1 (...), la baisse du nombre de nouveaux cas à un niveau raisonnable, la baisse des admissions à l’hôpital et en réanimation pour soulager nos soignants.”

“Plus nous respecterons le confinement, plus vite nous pourrons alléger les contraintes qui pèsent sur nous tous”, a-t-il ajouté.

Bertrand Boucey et Jean-Philippe Lefief

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up