for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Vienne: Les suspects en Suisse auraient rencontré l'assaillant en juillet

Les deux hommes arrêtés mardi en Suisse à Winterthur près de Zurich pour leurs relations présumées avec l'auteur de la fusillade qui a fait quatre morts le 2 novembre à Vienne avaient rencontré l'assaillant dans la capitale autrichienne en juillet, a rapporté dimanche la presse helvétique. /Photo prise le 5 novembre 2020/REUTERS/Leonhard Foeger

ZURICH (Reuters) - Les deux hommes arrêtés mardi en Suisse à Winterthur près de Zurich pour leurs relations présumées avec l’auteur de la fusillade qui a fait quatre morts le 2 novembre à Vienne avaient rencontré l’assaillant dans la capitale autrichienne en juillet, a rapporté dimanche la presse helvétique.

Selon le NZZ am Sonntag, qui cite deux sources “bien informées”, les deux suspects âgés de 18 et 24 ans ont séjourné à Vienne entre le 16 et le 20 juillet. Il ajoute que l’assaillant, abattu par la police, s’est peut-être rendu à Winterthur entre le 21 juillet et le jour de la fusillade.

Les autorités suisses ont déclaré mercredi que les deux hommes étaient “manifestement des amis” de l’agresseur et qu’ils l’avaient rencontré en personne, à une date non précisée.

En 2017, une mosquée de Winterthur, une ville située à 25 km au nord-est de Zurich, avait dû fermer ses portes après plusieurs incidents, notamment des appels au meurtre de non musulmans lancés par un imam local.

En septembre dernier, un homme baptisé “l’émir de Winterthur” a été condamné à cinquante mois de prison pour avoir procédé à des recrutements pour le compte de l’Etat islamique.

L’auteur de l’attentat été identifié sous le nom de Kujtim Fejzulai, un djihadiste possédant les nationalités autrichienne et nord-macédonienne, condamné à 22 mois de prison en avril 2019 pour avoir tenté de se rendre en Syrie. Il avait été libéré en décembre dernier.

Après la fusillade, l’Autriche a dû reconnaître avoir été alertée dès juillet par les services de renseignement slovaques que le futur assaillant avait tenté de se procurer des munitions.

Depuis l’attentat, quinze arrestations ont été effectuées par les services de sécurité autrichiens dans le milieu de l’islamisme radical.

Silke Koltrowitz; version française Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up