for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

La prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'en février votée à l'Assemblée

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal (photo). A la faveur d'une seconde délibération, l'Assemblée nationale a finalement validé mercredi la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'à la mi-février, comme le souhaitait le gouvernement. /Photo prise le 9 septembre 2020/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - A la faveur d’une seconde délibération, l’Assemblée nationale a finalement validé mercredi la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’à la mi-février, comme le souhaitait le gouvernement.

Un désordre avait entouré, la veille au soir, le vote de deux textes. L’absence dans l’hémicycle d’un nombre suffisant de députés La République en marche a en effet conduit à prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 14 décembre seulement, alors que gouvernement demandait un rallongement jusqu’au 16 février 2021.

Un autre amendement prévoyant que le confinement en cours ne puisse être renouvelé au-delà du 30 novembre qu’après accord du Parlement avait aussi été adopté, là aussi contre l’avis du gouvernement.

L’épisode a fait sortir de ses gonds le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui a fustigé l’attitude de l’opposition face à la grave crise sanitaire actuelle.

Lors du compte rendu du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a minimisé l’incident, qui met en cause le fonctionnement de la majorité présidentielle, évoquant des “péripéties politiques”.

Le raté de la majorité sur les deux textes a donc été rattrapé mercredi à la faveur d’une seconde délibération demandée par le gouvernement, comme le lui permet la Constitution.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up