for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus: 35.641 nouveaux cas en France en 24 heures

PARIS (Reuters) - La France a enregistré samedi 35.641 nouveaux cas de contamination au coronavirus en 24 heures, le chiffre le plus bas depuis mardi, mais le taux de positivité des tests continue d’augmenter, montrent les données publiées par l’agence Santé Publique France.

La France a enregistré samedi 35.641 nouveaux cas de contamination au coronavirus en 24 heures, le chiffre le plus bas depuis mardi, mais le taux de positivité des tests continue d'augmenter, montrent les données publiées par l'agence Santé Publique France. /Photo prise le 30 octobre 2020/REUTERS/Benoit Tessier

Ce nombre quotidien de nouveaux cas avait atteint un niveau sans précédent dimanche dernier à 52.010 et s’élevait à 49.215 vendredi.

Au total, 1.364.625 cas confirmés ont été recensés en France depuis le début de l’épidémie.

Le taux de positivité des tests continue de grimper pour atteindre désormais 20,2%, contre 20% vendredi.

L’épidémie a fait 36.788 morts en France, dont 25.137 en milieu hospitalier, soit 223 de plus que vendredi, précise SPF.

Sur les sept derniers jours, 16.865 patients ont été hospitalisés, dont 2.507 dans des services de réanimation.

Ce dernier indicateur est surveillé de près par les autorités de santé, qui craignent les tensions dans les services de réanimation avec la deuxième vague de l’épidémie et les maladies hivernales habituelles, grippe en tête.

C’est ce risque qui a conduit le gouvernement à décider d’une nouvelle phase de confinement entrée en vigueur vendredi, dans l’espoir d’infléchir la courbe des contaminations.

“Même si la situation est très critique, le virus circule légèrement moins vite qu’au printemps et avec une accélération moins forte que chez certains de nos voisins”, explique dans un entretien au Journal du dimanche le ministre de la Santé, Olivier Véran. “Si le freinage est réussi, le nombre de nouvelles contaminations pourrait baisser dans les prochains jours, entraînant, dans deux semaines, une baisse de celui des nouveaux cas graves.”

“Par contre, si le confinement n’est pas bien respecté, il faudra prendre des mesures complémentaires”, ajoute-t-il.

Selon le ministre, “si on observe une décrue du nombre de nouveaux cas dès la semaine prochaine, alors la période la plus intense pour nos hôpitaux aura lieu dans les deux ou trois prochaines semaines”.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up