for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Lituanie: L'opposition de centre-droit revendique la victoire aux législatives

Ramunas Karbauskis, président des Paysans et des Verts (centre), s'exprime après avoir reconnu la défaite de son parti. Le principal parti d'opposition, l'Union de la Patrie (centre-droit), a déclaré avoir remporté les élections législatives de dimanche en Lituanie et indiqué qu'il formerait un nouveau gouvernement avec l'appui de deux partis libéraux. /Photo prise le 25 octobre 2020/REUTERS/Andrius Sytas

VILNIUS (Reuters) - Le principal parti d’opposition, l’Union de la Patrie (centre-droit), a déclaré avoir remporté les élections législatives de dimanche en Lituanie et indiqué qu’il formerait un nouveau gouvernement avec l’appui de deux partis libéraux.

“Il semble à l’instant T que nous aurons un peu plus de la moitié des voix au Parlement”, a déclaré aux journalistes Ingrida Simonyte, qui prendrait la tête du gouvernement.

L’Union de la Patrie, formation issue du mouvement indépendantiste des années 1980, est créditée de 49 des 141 sièges du Parlement, selon les résultats partiels, et disposerait d’une majorité de 73 sièges grâce à une alliance avec le Mouvement libéral et le Parti de la liberté.

Le parti des Paysans et des Verts (centre) du Premier ministre Saulius Skvernelis, à la tête de l’actuelle coalition gouvernementale, est donné victorieux de 32 sièges. Le chef de file du parti au pouvoir a reconnu la défaite.

Si cet Etat de trois millions d’habitants bordant la mer Baltique a plutôt bien géré la crise sanitaire du coronavirus, même si un regain du nombre de nouveaux cas a récemment été constaté, Saulius Skvernelis a été critiqué pour n’avoir pas réussi à lutter contre le chômage et une dette qui s’alourdit.

“Le nouveau gouvernement aura comme principal problème dans l’immédiat la gestion de l’épidémie de COVID (...)”, a déclaré un enseignant de l’Institut pour les relations internationales et les sciences politiques, à Vilnius.

Il est peu probable que la politique étrangère du gouvernement évolue, a ajouté Kestutis Girnius, qui anticipe toutefois un virage profitable aux entreprises et un frein des aides sociales.

Ingrida Simonyte fût ministre des Finances au sein d’un précédent gouvernement dirigé par l’Union de la Patrie, qui a perdu le pouvoir en 2012 après avoir mis en place des mesures d’austérité très strictes.

Andrius Sytas; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up