for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Plus forte chute jamais enregistrée des émissions de CO2 au premier semestre

Les émissions de dioxyde de carbone (CO²) ont chuté de 8,8% dans le monde au cours des six premiers mois de l'année, un record sur un semestre qui s'explique essentiellement par les restrictions liées au coronavirus. /Photo prise le 14 octobre 2020/REUTERS/Anushree Fadnavis

LONDRES (Reuters) - Les émissions de dioxyde de carbone (CO²) ont chuté de 8,8% dans le monde au cours des six premiers mois de l’année, un record sur un semestre qui s’explique essentiellement par les restrictions liées au coronavirus, selon un rapport publié mercredi.

Selon cette étude du journal Nature Communications réalisée par un groupe de scientifiques basés en Chine, en France, au Japon et aux Etats-Unis, les émissions mondiales de CO² ont chuté de 1.551 millions de tonnes ou 8,8% sur la première moitié de l’année, par rapport à la même période l’année dernière.

Cette baisse est également plus importante que celle enregistrée lors de la Seconde guerre mondiale, même si le niveau moyen des émissions est aujourd’hui bien supérieur.

Au printemps dernier, la plupart des Etats ont recouru à des mesures de confinement afin de limiter l’épidémie de coronavirus qui a pesé sur la consommation d’énergie et a conduit par conséquent à ce recul des émissions de gaz à effet de serre.

Des températures plus élevées que d’habitude sur l’ensemble de l’hémisphère Nord ont également contribué au phénomène.

La baisse des émissions, qui a coïncidé avec les mesures de confinement, s’est néanmoins poursuivie dans les transports en dépit de l’assouplissement des mesures gouvernementales.

“Au premier juillet, les effets de la pandémie sur les émissions mondiales ont diminué alors que les mesures de confinement étaient allégées et que certaines activités économiques reprenaient, en particulier en Chine et dans plusieurs pays européens”, souligne cette étude.

“Néanmoins, des différences importantes persistent entre les pays, avec une baisse des émissions continue aux Etats-Unis où les cas de coronavirus sont toujours en train d’augmenter considérablement.”

Nina Chestney, version française Flora Gomez, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up