for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

L'Assemblée vote le retour temporaire de pesticides controversés

En photo, l'Assemblée nationale le 12 mai 2020. Le projet de loi controversé relatif à la "mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques", qui prévoit la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes pour sauver la filière de la betterave sucrière, a été adopté mardi à l'Assemblée nationale. /Photo prise le 12 mai 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Le projet de loi controversé relatif à la “mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques”, qui prévoit la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes pour sauver la filière de la betterave sucrière, a été adopté mardi à l’Assemblée nationale.

Par 313 voix contre 158 et 56 abstentions, les députés ont approuvé la réintroduction de semences enrobées avec des néonicotinoïdes, réputées tueuses d’abeilles, afin de protéger les cultures atteintes par la “jaunisse de la betterave”.

Le débat a été vif jusque dans les rangs de La République en marche (LaRem) à propos de ce texte qui vise à déroger jusqu’au 1er juillet 2023 à l’interdiction d’utiliser des néonicotinoïdes, un type de pesticide interdit depuis 2018.

“Le principe reste l’interdiction des néonicotinoïdes, l’exception est nécessaire, temporaire, circonscrite et contrôlée”, a déclaré le président du groupe LaRem, Christophe Castaner.

Pour l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), qui a publié un communiqué, cette réintroduction est “une insulte à l’apiculture, à la science et à la protection du vivant.”

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up