for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Charlie: L'auteur de l'attaque "révolté" contre les caricatures de Mahomet, selon le procureur

PARIS (Reuters) - L’auteur de l’attaque au hachoir commise vendredi dernier à Paris entendait “se révolter” contre la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet, mais n’a prêté allégeance à aucun groupe, a déclaré mardi le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard.

L'auteur de l'attaque au hachoir commise vendredi dernier à Paris entendait "se révolter" contre la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet, mais n'a prêté allégeance à aucun groupe, a déclaré mardi le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard. /Photo prise le 25 septembre 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

L’homme est un ressortissant pakistanais du nom de Zaheer Hassan Mehmood, qui a reconnu avoir 25 ans, non 18 ans comme on le croyait initialement, a ajouté le procureur, confirmant des informations parues dans la presse.

Son projet initial était d’incendier ce qu’il croyait être le siège de l’hebdomadaire satirique, a-t-il précisé.

Il “sera présenté mardi après-midi à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte du chef de tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel”, a dit Jean-François Ricard lors d’une conférence de presse.

“Cette information judiciaire devra notamment s’attacher à établir dans quelles circonstances il a pu concevoir un tel projet et s’il a bénéficié d’un quelconque soutien”, a-t-il ajouté.

Le suspect, a encore détaillé Jean-François Ricard, a “de manière constante reconnu la matérialité des faits”.

“Il indique avoir regardé ces derniers jours des vidéos en provenance du Pakistan” sur la republication, le 1er septembre dernier, des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo à l’occasion de l’ouverture du procès de l’attentat du 7 janvier 2015, et sur “l’émoi” suscité par cette republication dans son pays, a dit Jean-François Ricard.

“En colère, selon ses propres termes, il a décidé de s’en prendre au journal Charlie Hebdo. Il a donc fait des recherches qui lui ont permis d’identifier une adresse, rue Nicolas-Appert (Paris 11e), sans qu’il soit informé que le journal avait déménagé à la suite de l’attentat.”

Il a procédé à des repérages les 18, 22 et 24 septembre derniers. Le jour des faits, il s’est rendu à Saint-Denis, en banlieue nord de Paris, pour acheter un hachoir, un marteau et trois bouteilles de white spirit, retrouvées par la suite dans les locaux visés. Il était seul pendant ses achats, ont montré les images de vidéosurveillance des commerces où il s’est rendu.

“Son projet initial était d’entrer dans les locaux du journal, éventuellement si nécessaire à l’aide d’un marteau, puis de les incendier grâce aux bouteilles de white spirit”, a précisé le procureur.

“En arrivant devant le 6, rue Nicolas-Appert, et en apercevant les victimes, il a pensé que celles-ci travaillaient pour (Charlie Hebdo) et a finalement choisi de les attaquer.”

La femme de 28 ans blessée dans l’attaque souffre de plusieurs plaies et fractures au visage. L’autre victime, un homme de 32 ans, a subi plusieurs fractures du crâne et reste hospitalisé “dans un état très grave”, a précisé Jean-François Ricard.

Jean-Stéphane Brosse, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up