for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Interdiction progressive de la faune sauvage dans les cirques

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili (photo), a annoncé mardi l'interdiction progressive en France des animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums ainsi que la fin programmée de l'élevage de visons. /Photo prise le 15 septembre 2020/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé mardi l’interdiction progressive en France des animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums ainsi que la fin programmée de l’élevage de visons.

“Aujourd’hui, je vous annonce la fin progressive de la présence de faune sauvage dans les cirques itinérants, la fin de la présence d’orques et de dauphins dans des delphinariums inadaptés à leurs besoins de mammifères marins, la fin des élevages de visons pour leur fourrure en France”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à son ministère.

Cette transition “sur plusieurs années” ne se fera “pas contre les professionnels concernés mais avec eux”, a dit la ministre, évoquant “un tournant progressif au cours duquel nous ne laisserons personne au bord du chemin.”

La France, qui compte trois delphinariums, n’autorisera pas l’ouverture de nouveaux établissements de ce type dont Barbara Pompili envisage la disparition sur le territoire d’ici “sept à dix ans”.

Elle prévoit l’extinction “sous cinq ans” des quatre élevages de visons d’Amérique du pays.

Une enveloppe de plus de huit millions d’euros a été prévue pour aider les filières touchées, a-t-elle aussi annoncé, évaluant à 80 le nombre de cirques concernés, soit 230 animaux sauvages (fauves, éléphants, hippopotames, loups, notamment).

Une vingtaine de pays européens ont déjà limité ou interdit la présentation d’animaux sauvages dans les cirques.

La Fondation Brigitte Bardot, spécialisée dans la défense de la cause animale, a salué cette décision. “Vous pouvez compter sur le soutien de notre Fondation pour organiser l’accueil des animaux sauvages actuellement détenus et exploités dans des conditions indignes”, a-t-elle réagi sur Twitter.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up