for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

France: La menace terroriste est montée en puissance, dit Nunez

Laurent Nunez. La menace terroriste est montée en puissance en France, a déclaré lundi le coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT), évoquant la difficulté pour les services de renseignement à détecter les individus à risque isolés comme l'auteur de l'attaque vendredi à Paris. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - La menace terroriste est montée en puissance en France, a déclaré lundi le coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT), évoquant la difficulté pour les services de renseignement à détecter les individus à risque isolés comme l’auteur de l’attaque vendredi à Paris.

“Il est évident que la menace est montée en puissance (...) Nous sommes dans la période du procès dit procès Charlie, on a bien vu que sur les réseaux sociaux il y avait de plus en plus d’appels à la violence”, a dit Laurent Nunez sur France Inter.

“Evidemment que la menace est montée en intensité, ce qui a conduit les services de renseignements à resserrer la surveillance des objectifs, c’est-à-dire des individus connus et suivis par les services, à assurer un dispositif lourd de protection de personnalités par exemple des caricaturistes de Charlie (..) et puis ont été déployés sur l’ensemble du territoire national et sur la capitale une protection de lieux symboliques”, a-t-il détaillé.

Deux personnes ont été blessées vendredi dans une attaque à l’arme blanche devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, alors que se tient dans la capitale le procès de l’attentat de 2015 contre l’hebdomadaire.

L’auteur présumé de l’attaque à l’arme blanche est passé aux aveux et a déclaré avoir voulu viser le journal satirique, a indiqué à Reuters une source policière. Il est arrivé en France il y a trois ans avec le statut de mineur isolé en provenance du Pakistan.

“De plus en plus, nous avons affaire à des individus qui sont présents sur le territoire, c’est ce qu’on appelle le menace endogène, qui passent à l’action inspirés par la propagande de Daesh et qui de plus en plus souvent ne sont pas connus des services donc ne font pas l’objet de suivi préalable. Souvent ils n’ont aucun contact avec la zone syro-irakienne (...) donc ils ne sont pas détectés à ce titre”, a expliqué Laurent Nunez.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up