for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Brésil: Huit pays européens demandent des mesures contre la déforestation en Amazonie

BRASILIA (Reuters) - Huit pays européens demandent au Brésil de prendre des “mesures concrètes” pour lutter contre la déforestation croissante de la forêt amazonienne, qui va à l’encontre de la volonté de l’Europe de se diriger vers des chaînes d’approvisionnement durables.

Huit pays européens demandent au Brésil de prendre des "mesures concrètes" pour lutter contre la déforestation croissante de la forêt amazonienne, qui va à l'encontre de la volonté de l'Europe de se diriger vers des chaînes d'approvisionnement durables. /Photo d'archives/REUTERS/Ueslei Marcelino

Les huit Etats, dont sept sont les signataires des déclarations d’Amsterdam de 2015, ont envoyé une lettre ouverte au vice-président du Brésil, Hamilton Mourao, mardi dernier, pour lui faire part de leurs inquiétudes quant au recul du Brésil en matière de protection de l’environnement.

“Alors que les efforts européens visent à mettre en place des chaînes d’approvisionnement sans déforestation, la tendance actuelle à l’augmentation de la déforestation au Brésil rend de plus en plus difficile pour les entreprises et les investisseurs de respecter leurs critères environnementaux, sociaux et de gouvernance”, indique la lettre de deux pages.

“Les pays réunis dans le cadre du partenariat des déclarations d’Amsterdam attendent du gouvernement brésilien qu’il renouvelle fermement son engagement politique en faveur de la réduction de la déforestation (...)”.

Hamilton Mourao, qui dirige les efforts de protection de l’Amazonie pour le gouvernement brésilien, n’a pour le moment pas répondu à une demande de commentaires envoyée à son service de presse.

Les déclarations d’Amsterdam, qui réclament l’arrêt de la déforestation, notamment grâce à des chaînes d’approvisionnement durables, impliquent l’Allemagne, la France, le Danemark, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège et le Royaume-Uni. La Belgique, fait également partie des signataires de la lettre ouverte.

Les huit se sont dits prêts à approfondir le dialogue avec le Brésil sur ce sujet.

La déforestation dans la forêt amazonienne brésilienne a augmenté de 34,5% sur douze mois jusqu’en juillet, la période officielle que le Brésil utilise pour mesurer la déforestation chaque année, selon les données préliminaires du gouvernement.

Les défenseurs de l’environnement accusent les politiques de développement du président d’extrême droite Jaïr Bolsonaro d’avoir encouragé les exploitants forestiers illégaux, les éleveurs et les spéculateurs fonciers à détruire la forêt.

Le président brésilien affirme que le développement est nécessaire pour sortir la région de la pauvreté.

Version française Kate Entringer

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up