for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Des milliers de migrants sans abri après l'incendie à Lesbos

Des dizaines de milliers de migrants étaient toujours privés d'abri jeudi sur l'île de Lesbos après qu'un incendie a ravagé le camp de réfugiés dans lequel ils étaient parqués et cette situation risque de perdurer, a annoncé le gouvernement grec. /Photo prise le 10 septembre 2020/REUTERS/Alkis Konstantinidis

LESBOS, Grèce (Reuters) - Des dizaines de milliers de migrants étaient toujours privés d’abri jeudi sur l’île de Lesbos après qu’un incendie a ravagé le camp de réfugiés dans lequel ils étaient parqués et cette situation risque de perdurer, a annoncé le gouvernement grec.

Selon ce dernier, il faudra plusieurs jours avant qu’une solution soit trouvée pour les plus de 12.000 personnes que comptait le camp de Moria.

Quelque 400 mineurs non accompagnés ont été transportés par avion sur le continent par les autorités grecques et à Berlin, Angela Merkel a annoncé que la France et l’Allemagne les prendraient en charge.

“J’ai demandé au Premier ministre grec comment nous pouvions l’aider et son souhait était que nous prenions les mineurs qui ont été transportés sur le continent”, a déclaré la chancelière allemande. “Nous avons pris contact avec la France. L’Allemagne et la France prendront part (à cet effort)”, a-t-elle ajouté.

Lors d’un entretien en Corse avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, en marge du sommet des pays du sud de l’UE, Emmanuel Macron “a exprimé sa solidarité avec la Grèce face au terrible incendie”.

“La France apportera tout l’appui nécessaire et participera, en coordination avec l’Allemagne, à la relocalisation des mineurs du camp incendié”, a ajouté le président de la République.

Les autorités grecques ont en outre envoyé 19.000 kits de dépistage pour tester les migrants qui pourraient être porteurs du COVID-19.

Selon le porte-parole du gouvernement grec Stelios Petsas, l’incendie a été déclenché par des migrants qui protestaient contre les mesures de quarantaine qui venaient d’être instaurées dans le camp de Moria après la découverte de cas de contamination. Il n’a toutefois fourni aucun élément attestant ces affirmations.

Le camp de Moria, fréquemment pointé du doigt par les organisations humanitaires en raison de son insalubrité, a été placé en quarantaine la semaine dernière après le dépistage d’un cas de Covid-19. Lundi, 35 cas avaient été diagnostiqués.

Lefteris Papadimas, avec Angeliki Koutantou et Elizabeth Pineau; version française Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up