for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Castaner élu président du groupe LaRem à l'Assemblée

L'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a été élu jeudi président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, un rôle-clé pour le camp Emmanuel Macron à 18 mois de l'élection présidentielle de 2022. /Photo prise le 19 mai 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - L’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a été élu jeudi président du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, un rôle-clé pour le camp Emmanuel Macron à 18 mois de l’élection présidentielle de 2022.

Redevenu député des Alpes-de-Haute-Provence après son départ de la place Beauvau lors du changement de gouvernement au début de l’été, Christophe Castaner l’a emporté avec 25 voix d’avance sur la députée des Yvelines Aurore Bergé au terme d’un vote électronique.

Le successeur de Gilles Le Gendre aura la difficile tâche de rassembler un groupe hétéroclite qui a connu une trentaine de défections depuis 2017, passant de 314 à 279 membres, en deçà de la majorité absolue.

Dans un entretien au Journal du dimanche, Christophe Castaner a dit son souhait de redonner au groupe une “fierté collective” grâce à “plus de transparence, plus de débats, plus d’exigence avec le gouvernement.”

Le vote des lois d’ici la fin du quinquennat dépendra des alliances du parti présidentiel avec le MoDem et une partie de l’UDI, un oeil rivé sur la prochaine course à l’Elysée.

“Nous devons chasser en meute et oublier nos différences. Et ce qui va nous rapprocher, ce n’est pas le mouvement, ni nos partenaires, ni les élections régionales du printemps prochain, c’est un homme : Emmanuel Macron”, a dit à Reuters le député Patrick Vignal, qui a voté Castaner.

Sous couvert d’anonymat, un autre député confirme l’attachement des élus LaRem au locataire de l’Elysée tout en prédisant des mois difficiles au nouveau patron du groupe.

“Tous les députés savent pourquoi et grâce à qui ils sont là. Mais demain si on enlève Emmanuel Macron, il n’y a plus rien”, dit-il. “Pour le président du groupe, la tâche sera rude d’autant que la situation du pays est très difficile à cause de l’épidémie. Il faut fédérer, initier une dynamique et trancher plutôt que dicter une conduite. Ce ne sera pas une partie de plaisir.”

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up