for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus/Delfraissy: "Ne pas revenir à un confinement"

Jean-François Delfraissy (photo), président du conseil scientifique, a déclaré jeudi matin sur RTL qu'il fallait éviter de revenir à un confinement en France pour endiguer la propagation du coronavirus tout en reconnaissant qu'on ne pouvait exclure des mesures locales de ce type. /Photo prise le 13 mars 2020/REUTERS/Ludovic Marin

PARIS (Reuters) - Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, a déclaré jeudi matin sur RTL qu’il fallait éviter de revenir à un confinement en France pour endiguer la propagation du coronavirus tout en reconnaissant qu’on ne pouvait exclure des mesures locales de ce type.

“Le conseil scientifique et moi-même, on est persuadés qu’il ne faut pas revenir à un confinement, que les enjeux ne sont pas que sanitaires (...), les enjeux sont également sociaux et économiques, donc le choix ne sera pas uniquement sanitaire”, a-t-il dit.

“Mais à l’inverse on voit également que de l’autre côté, depuis plusieurs semaines, le virus recommence à circuler de façon significative en France, inquiétante dans certaines régions”, a poursuivi Jean-François Delfraissy, observant que les services de réanimation allaient être “bousculés” par l’admission de malades du COVID-19 “à partir de la mi-octobre, de début octobre dans certains régions”.

Un nouveau conseil de défense consacré à la crise sanitaire doit se tenir ce vendredi alors que les bilans quotidiens communiqués par les autorités sanitaires montrent une nette accélération des nouveaux cas et que le nombre de malades hospitalisés est repassé mercredi soir au-dessus des 5.000 pour la première fois depuis le 11 août.

“Il faut tout faire pour essayer de ne pas reconfiner localement”, a insisté Jean-François Delfraissy sur RTL, ajoutant cependant: “Ce n’est pas exclu en cas de situation critique.”

Mais le président du Conseil scientifique en appelle surtout à la responsabilité individuelle, prônant un “resserrement” de la notion de distanciation physique “parce qu’il y a quand même beaucoup de laxisme”.

“Soyons raisonnables, il faut qu’on comprenne tous qu’on a envie d’apprendre à vivre avec ce virus et que donc il faut être un peu raisonnable pour se protéger et pour protéger les autres”.

Des messages préventifs doivent notamment cibler les populations les plus à risque mais aussi les 20-40 ans.

“Il faut qu’on rentre dans cette notion qu’il n’y a pas de risque zéro et qu’on est entré dans une période de gestion des risques”, a-t-il insisté. “Apprendre à vivre avec le Covid est un élément tout à fait essentiel.”

Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up