for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

En pleine affaire Navalny, Paris reporte une réunion du conseil franco-russe

PARIS (Reuters) - Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé mardi le report de la réunion du conseil franco-russe de coopération sur les questions de sécurité “au regard des circonstances actuelles”, allusion indirecte mais transparente à l’affaire Navalny.

Cette réunion à laquelle devaient participer les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays était prévue le 14 septembre prochain.

“Au regard des circonstances actuelles et après un échange avec les autorités russes, il a été décidé de reporter la réunion du Conseil franco-russe de coopération sur les questions de sécurité à une date ultérieure”, a dit le Quai d’Orsay dans une déclaration envoyée à Reuters.

Les relations entre la Russie et les Occidentaux se sont de nouveau dégradées avec l’affaire Alexeï Navalny, opposant russe que les autorités allemandes disent victime d’un empoisonnement.

La semaine dernière, le ministère français des Armées avait confirmé sur Twitter here la tenue du conseil franco-russe de coopération mais le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a haussé le ton ce week-end, réclamant à Moscou des explications sur Alexeï Navalny.

L’opposant russe, âgé de 44 ans, a été victime d’un malaise le 20 août dernier à bord d’un avion entre la Sibérie et Moscou après avoir bu du thé à l’aéroport. Hospitalisé dans un premier temps à Omsk, en Sibérie, il a été transféré le 22 août en Allemagne.

La chancelière Angela Merkel a déclaré que son gouvernement était parvenu à la conclusion qu’il avait été victime d’un empoisonnement par un produit de la famille du Novitchok, un agent neurotoxique mis au point par l’armée soviétique dans les années 1970-1980 et déjà utilisé contre Sergueï Skripal, un ex-espion russe, et sa fille en Angleterre en 2018.

Le pouvoir russe, qui réfute toute implication dans l’empoisonnement présumé de l’opposant, demande à Berlin de produire des preuves de ses accusations.

“Nous n’aurions pas été crédibles si nous avions participé à ces discussions dans le climat actuel”, a déclaré un diplomate français.

Les contacts à un tel niveau entre Paris et Moscou avaient repris en septembre dernier, après avoir été gelés à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

John Irish; version française Bertrand Boucey et Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up