for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Nouvelle manifestation massive à Minsk, des dizaines d'interpellations

(Reuters) - Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dimanche dans les rues de Minsk pour réclamer le départ d’Alexandre Loukachenko, près d’un mois après l’élection contestée du président biélorusse à un sixième mandat de chef de l’Etat.

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dimanche dans les rues de Minsk pour réclamer le départ d'Alexandre Loukachenko, près d'un mois après l'élection contestée du président biélorusse à un sixième mandat de chef de l'Etat. /Photo prise le 6 septembre 2020/REUTERS/Tut.By

Des colonnes de protestataires ont bravé les mises en garde des autorités, marchant dans une capitale surveillée par l’armée aux cris de “Va-t-en” ou “Ordure !”

Plusieurs dizaines de manifestants ont été arrêtés dans le centre, a témoigné un habitant.

Le groupe de défense des droits de l’homme a fait état d’au moins 70 interpellations. L’agence russe Interfax a rapporté que plusieurs personnes avaient été blessées lors d’un assaut donné par la police pour disperser un rassemblement devant une usine de tracteurs appartenant à l’Etat.

Des images tournées par le site d’informations TUT.BY montrent des femmes criant “Honte” aux membres cagoulés des forces de sécurité qui appréhendent des manifestants.

Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans dans l’ancienne république soviétique, a rejeté l’appel à de nouvelles élections lancée par sa principale opposante, Svetlana Tsikhanoskaïa, qui vit en exil en Lituanie.

Dans une vidéo diffusée samedi, Tsikhanoskaïa a jugé la dynamique de la contestation irréversible.

“Les Biélorusses ont déjà changé, ils se sont réveillés et il est impossible de les replonger dans l’ancien état d’esprit”, a-t-elle déclaré.

L’opposante se rendra en Pologne la semaine prochaine. Varsovie est avec les pays baltes à la pointe des efforts européens visant à soutenir l’opposition et à sanctionner le pouvoir biélorusse, mais plusieurs membres éminents de l’UE, dont la France et l’Allemagne, préférent temporiser.

Dans une interview publiée dimanche par le Financial Times, le ministre lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevicius, exhorte l’Union européenne à imposer des sanctions contre Minsk et à contrer l’influence de la Russie sous peine de perdre toute crédibilité en matière de politique étrangère.

Matthias Williams, avec Maria Tsvetkova à Moscou, version française Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up