for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Nouvelle vaste manifestation contre Loukachenko en Biélorussie

(Reuters) - Plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche non loin de la résidence d’Alexandre Loukachenko pour souhaiter ironiquement un bon anniversaire au président de la Biélorussie et réclamer une nouvelle fois son départ, après sa réélection contestée le 9 août.

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche non loin de la résidence d'Alexandre Loukachenko pour souhaiter ironiquement un bon anniversaire au président de la Biélorussie et réclamer une nouvelle fois son départ, après sa réélection contestée le 9 août. /Photo prise le 30 août 2020/REUTERS/Tut.By

Alexandre Loukachenko, qui a eu 66 ans ce dimanche, rejette les accusations de fraude électorale mais ne parvient pas éteindre la contestation de ses opposants, qui manifestent ou organisent des grèves dans les grandes entreprises publiques depuis près de trois semaines.

Pour un deuxième week-end consécutif, le président biélorusse est apparu vêtu de noir en train de marcher dans sa résidence armé d’un fusil automatique, selon une photo publiée par l’agence de presse RIA.

Son homologue russe Vladimir Poutine a souhaité bon anniversaire à Alexandre Loukachenko lors d’un entretien téléphonique et a profité de cette occasion pour l’inviter à Moscou, signe que le Kremlin paraît déterminé à soutenir le président biélorusse face à la contestation et aux menaces de sanctions occidentales.

“Il a été convenu d’organiser une rencontre à Moscou dans les prochaines semaines”, a dit le Kremlin à l’issue de cet entretien.

Dimanche, les manifestants ont convergé vers le centre de Minsk, la capitale, brandissant des ballons, des fleurs et des drapeaux blanc et rouge, éphémères couleurs de la Biélorussie au début des années 1990 devenues des symboles du mouvement contre Alexandre Loukachenko.

Certains automobilistes ont exprimé leur soutien aux manifestants en klaxonnant tandis que des femmes se sont allongées devant un cordon de policiers anti-émeutes.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la résidence du président biélorusse, dont l’accès était protégé par des agents armés de boucliers, des canons à eau et des fourgons.

Ils se sont dispersés dans le calme à la fin de leur rassemblement.

Tout au long de la journée, la police a procédé à des arrestations. Au moins 140 personnes ont été interpellées, selon le ministère de l’Intérieur cité par l’agence russe RIA.

Certains manifestants ont résisté à leur arrestation par ce qui semblait être des agents de sécurité en civil, a rapporté un témoin.

Sur des images diffusées par des médias locaux, on a pu voir des femmes vêtues de tenues traditionnelles déposer des citrouilles devant le principal bâtiment administratif du pays, un geste qui, selon la coutume, signifie le rejet d’un prétendant.

L’un des principaux opérateurs de téléphonie mobile du pays, A1, a dit avoir réduit sa bande passante à la demande du gouvernement.

Selon des organisations de presse et une association de journalistes, la Biélorussie a retiré les accréditations de certains journalistes travaillant pour des médias étrangers et couvrant les manifestations contre Alexandre Loukachenko.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a condamné dimanche ces mesures “arbitraires”.

Avec Maria Kiselyova à Moscou; version française Gwénaëlle Barzic et Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up