for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Coronavirus: Castex déterminé à éviter un reconfinement généralisé

PARIS (Reuters) - Alors que la France se trouve actuellement dans une phase de recrudescence de l’épidémie de coronavirus, le Premier ministre Jean Castex s’est déclaré jeudi déterminé à éviter un reconfinement généralisé.

Slideshow ( 3 images )

“Je suis serein mais déterminé” car “il y a tout lieu de penser que nous éviterons un reconfinement généralisé (même s’)il peut y avoir des situations de reconfinement localisé”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse sur la crise sanitaire, en présence des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.

“Le virus progresse sur tout le territoire”, toutes les régions sont concernées et 19 nouveaux départements ont été classés en rouge en plus de Paris et des Bouches-du-Rhône, du fait d’une circulation active du virus.

Ce n’est “pas une situation grave” mais “la croissance de l’épidémie peut être exponentielle si on ne réagit pas rapidement”, a prévenu le Premier ministre, en ciblant tout particulièrement la transmission chez les jeunes et dans le cadre privé.

Le taux de reproduction du coronavirus, appelé “R” ou “R0 par les chercheurs, qui correspond au nombre moyen de personnes infectées par un cas, s’établit désormais autour de 1,4 - contre environ 3 au plus fort de l’épidémie et autour de 0,7 au mois de mai, au moment du déconfinement.

Pour tenter d’enrayer cette progression dans un contexte où la rentrée scolaire et la fin des congés d’été risquent d’accentuer les contaminations, le gouvernement a décidé d’élargir l’obligation du port du masque, notamment dans les entreprises et les établissements scolaires.

VERS UNE GÉNÉRALISATION DU MASQUE EN EXTÉRIEUR À PARIS

Jean Castex a résumé simplement les nouvelles règles: “le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés ou se situent plusieurs personnes”, en rappelant que les autres gestes barrière devaient également être respectés et que “tout le monde doit apporter sa contribution” à la lutte contre l’épidémie.

Illustration d’une gestion de l’épidémie désormais davantage ancrée à l’échelle locale, le Premier ministre a précisé avoir demandé au préfet de police de Paris d’élargir l’obligation du port du masque à l’extérieur dans l’ensemble de la capitale.

Une concertation a déjà été engagée à cet effet entre la préfecture de police, la mairie de Paris et les élus et représentants de l’Etat dans les départements de la petite couronne.

L’obligation du port du masque en extérieur dans la capitale est entrée en vigueur dans certaines zones début août et a été élargie mi-août.

Alors que la polémique autour du coût des masques s’est accentuée ces derniers jours - de nombreux politiques, de gauche comme de droite, plaidant pour leur gratuité - le chef du gouvernement a une nouvelle fois exclu cette éventualité mais promis de nouvelles distributions pour les citoyens les plus modestes.

Le gouvernement a déjà fourni 50 millions de masques à trois millions de familles modestes et en situation de précarité, soit environ neuf millions Français et “nous avons décidé de renouveler cette opération en octobre et aussi souvent que ce sera nécessaire jusqu’à la fin de l’épidémie”, a annoncé le Premier ministre.

Les personnes présentant un risque accru de développer une forme grave du COVID-19 du fait de leurs antécédents médicaux peuvent par se faire prescrire des masques gratuits par leur médecin, a-t-il rappelé.

Santé Publique France a annoncé mercredi que 5.429 nouveaux cas confirmés de contamination par le coronavirus avaient été recensés en 24 heures, un chiffre sans précédent depuis la mi-avril, au plus fort de l’épidémie.

Rédigé par Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up