for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Véran confiant en la capacité de la France à faire face

Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran (en photo), se dit confiant dans la capacité de la France à faire face au regain de l'épidémie liée au coronavirus en Europe, qui concerne particulièrement les jeunes. /Photo prise le 21 juillet 2020/Bertrand Guay/Pool via REUTERS

PARIS (Reuters) - Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, se dit confiant dans la capacité de la France à faire face au regain de l’épidémie liée au coronavirus en Europe, qui concerne particulièrement les jeunes.

Dans un entretien au Journal du dimanche, il confirme qu’”après trois mois de baisse de la circulation du virus, on observe une nette augmentation depuis cinq semaines, de façon globale, et activement dans certains territoires.”

“C’est une dynamique européenne”, ajoute-t-il, alors que plus de 3.600 cas ont été enregistrés samedi dans le pays où la maladie a fait plus de 30.500 morts.

Les autorités ont mesuré que le virus circulait “quatre fois plus” chez les moins de 40 ans, qui sont le plus souvent asymptomatiques, que chez les plus de 65 ans.

A la différence du début d’année, qui a conduit l’exécutif français à décréter un confinement de deux mois, des tests sont effectués à raison de 725.000 par semaine. “Nous pouvons réaliser un million de tests par semaine s’il le faut”, dit Olivier Véran.

Les services de réanimation ont été revus. “Au maximum de l’épidémie, on a eu 7.000 personnes en réanimation en une journée ; aujourd’hui, on peut en avoir 12.000. Les stocks de médicaments se constituent progressivement, mais nous avons déjà des semaines d’avance”, dit le ministre.

Quant aux masques, qui ont cruellement fait défaut début 2020, “fin septembre, on aura reconstitué le fameux stock national qui nous a tant manqué”, prédit-il. Le masque sera obligatoire sur les lieux de travail, à l’exception des bureaux individuels, à partir du 1er septembre.

Faisant écho au président Emmanuel Macron cette semaine dans Paris-Match, Olivier Véran affirme qu’un nouveau confinement généralisé “n’est pas à l’ordre du jour et ne constitue pas une hypothèse de travail”.

Quant à la mise au point d’un vaccin, sur lequel travaillent des laboratoires du monde entier, le ministre reste prudent : “Pas avant l’automne ou la fin de l’année, c’est certain. Mais ça peut prendre plus de temps.”

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up