for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Castex annonce une augmentation du budget de la justice

PARIS (Reuters) - Le gouvernement prévoit d’augmenter le budget de la Justice, a annoncé mercredi le Premier ministre Jean Castex, en assurant que “l’objectif de ce gouvernement c’est que le service public de la justice marche mieux”.

Le gouvernement prévoit d'augmenter le budget de la Justice, a annoncé mercredi le Premier ministre Jean Castex, en assurant que "l'objectif de ce gouvernement c'est que le service public de la justice marche mieux". /Photo prise le 7 juillet 2020/REUTERS/Benoit Tessier

Interrogé sur BFMTV et RMC sur une éventuelle augmentation du budget alloué à la Justice, le nouveau Premier ministre a répondu par l’affirmative.

“Nous allons accroître cet effort” car “il faut donner (à la justice) les moyens de fonctionner en proximité, au plus près des gens”, a précisé Jean Castex en soulignant que le précédent gouvernement avait déjà “augmenté les moyens” dans le cadre d’une loi de programmation.

Alors que la nomination de l’avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice a suscité l’émoi dans le monde de la magistrature, qu’il a souvent pris pour cible par le passé, le Premier ministre a vivement défendu ce choix.

“Nous n’avons pas nommé un garde des Sceaux haut en couleurs, solide, costaud pour s’en prendre aux magistrats (...) on l’a nommé pour défendre la justice, pour porter les couleurs de la justice au sein de l’appareil d’Etat et lui redonner les moyens”, a-t-il assuré.

“On doit une plus grande reconnaissance à la justice, la justice ne marche pas parce que l’Etat l’a mal considérée et mettre un homme comme Dupond-Moretti à la tête de cela, ça veut dire que la justice va compter.”

S’exprimant pour la première fois mercredi matin devant les députés, Eric Dupond-Moretti a demandé à être jugé sur ses actes. “On ne juge pas des hommes sur des a priori me semble-t-il, vous me jugerez sur ce que j’aurais fait et quand je l’aurai fait”, a-t-il dit.

“Quand on est avocat pénaliste libre on n’a pas la même parole que quand on représente l’Etat”, a dit le nouveau ministre, passablement chahuté par une partie des bancs. “C’est déjà compliqué pour moi, c’est une première”, a-t-il admis au passage.

Parallèlement aux critiques de certains syndicats de magistrats sur la nomination de l’ancien ténor du barreau place Vendôme, les sénateurs socialistes ont annoncé mercredi dans un communiqué avoir demandé qu’il soit auditionné par la commission des Lois du Sénat.

“Compte tenu de ses déclarations antérieures”, ces sénateurs souhaitent obtenir des “éclaircissements” de la part d’Eric Dupond-Moretti, notamment sur “la réforme pour l’indépendance du parquet, la question de la justice des mineurs traitée récemment par ordonnance, l’expérimentation des cours criminelles départementales et les moyens budgétaires alloués à la justice”.

Le nouveau garde des Sceaux a déclaré dès mardi, lors de la passation de pouvoirs avec Nicole Belloubet, qu’il souhaitait entamer une réforme du parquet, améliorer le respect de la présomption d’innocence et du secret de l’enquête et oeuvrer pour “une justice plus proche du citoyen.”

Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up