for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Visites régulées et Christo au menu de la réouverture de Beaubourg

PARIS (Reuters) - “Une visite heureuse”: c’est l’objectif affiché du Centre Pompidou qui rouvrira ses portes au public le 1er juillet après trois mois et demi de fermeture représentant un manque à gagner évalué à une vingtaine de millions d’euros.

"Une visite heureuse": c'est l'objectif affiché du Centre Pompidou qui rouvrira ses portes au public le 1er juillet après trois mois et demi de fermeture représentant un manque à gagner évalué à une vingtaine de millions d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Dans les salles vides du vaisseau du centre de Paris patientent les oeuvres de Pablo Picasso, Vassily Kandinsky et Joan Miro puisées dans la plus grande collection d’art moderne et contemporain d’Europe.

Une préouverture fin juin pour le millier d’agents et les abonnés permettra de tester les règles sanitaires - réservation par internet, port du masque, parcours fléchés - et les visites guidées en compagnie de conservateurs et de restaurateurs de la maison.

“Notre objectif est de parvenir à la visite la plus fluide possible, une visite agréable, heureuse, qui tranche avec ce qu’on a pu vivre ces dernières semaines”, expliquait lundi à Reuters le président du Centre, Serge Lasvignes.

A la différence d’autres hauts lieux touristiques comme le musée du Louvre particulièrement prisés des visiteurs étrangers, les Français constituent 60% des 3,5 millions de visiteurs annuels du Centre Pompidou, cher au coeur des Parisiens depuis son inauguration en 1977 et dont les célèbres escalators sont en rénovation.

“Après les graves attentats (de 2015), on a vu les gens revenir en foule et on a dépassé notre fréquentation habituelle. De la même façon, je me dis que peut-être les Parisiens viendront parce que c’est l’expérience de la sociabilité heureuse, artistique et que c’est quelque chose de très enraciné dans leur mode de vie”, dit Serge Lasvignes.

Il évalue à 20 millions d’euros sur l’année le manque à gagner du confinement pour l’institution (billetterie, mécénat, location de salles).

Si le cinéma et les salles de spectacle ne rouvriront qu’en septembre, la Bibliothèque publique d’information, courue par les étudiants et les chercheurs, devrait redémarrer cet été, avec mise en quarantaine des livres consultés pour éviter toute propagation du coronavirus.

Hasard de la vie, l’exposition consacrée aux artistes Christo et Jeanne-Claude, qui emballèrent le Pont-Neuf en 1985, aurait dû ouvrir mi-mars ; elle commencera le 1er juillet. Entre-temps, Christo est mort à New York le 31 mai.

“Ce sera une exposition en forme d’hommage”, dit Serge Lasvignes.

Elizabeth Pineau, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up