May 27, 2020 / 1:59 PM / a month ago

Union: Macron salue le plan de relance, exhorte "à aller vite"

Emmanuel Macron a salué mercredi le plan de relance de 750 milliards d'euros de la Commission européenne destiné à soutenir l'économie du bloc ébranlée par l'épidémie de coronavirus et a appelé ses partenaires européens à "aller vite" en adoptant un "accord ambitieux". /Photo prise le 26 mai 2020/REUTERS/Ludovic Marin

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a salué mercredi le plan de relance de 750 milliards d’euros de la Commission européenne destiné à soutenir l’économie du bloc ébranlée par l’épidémie de coronavirus et a appelé ses partenaires européens à “aller vite” en adoptant un “accord ambitieux”.

“Jour essentiel pour l’Europe”, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen “propose un plan de relance inédit de 750 milliards d’euros pour les régions et secteurs en difficulté”, a écrit le chef de l’Etat français sur son compte Twitter.

“L’accord franco-allemand a permis cette avancée”, a-t-il ajouté, en référence à la proposition de Paris et Berlin du 18 mai d’un fonds de relance doté de 500 milliards d’euros. “Nous devons aller vite et adopter un accord ambitieux avec tous nos partenaires européens.”

La réponse à apporter à la crise économique a mis de nouveau en lumière la ligne de fracture entre les Vingt-Sept, avec d’un côté Paris et Berlin et de l’autre les Etats dits “frugaux” (Autriche, Pays-Bas, Danemark et Suède) réticents à l’idée de simples transferts budgétaires et qui préfèrent l’option de prêts (remboursables) aux Etats les plus touchés.

L’option retenue par la Commission est un panaché entre les deux, avec 500 milliards d’euros qui seront redistribués sous forme de subventions, un point sur lequel Paris n’entend pas revenir lors des discussions qui vont s’engager entre les Etats membres.

“Il n’est clairement pas souhaitable, et nous nous battrons très fermement sur ce point, de réduire l’enveloppe qui est proposée par la Commission et notamment l’enveloppe de dépenses budgétaires”, souligne-t-on à l’Elysée.

“Les 500 milliards que la Commission propose dans le sillage de la proposition franco-allemande de la semaine dernière c’est évidemment un point absolument prioritaire”, ajoute-t-on. “Le mécanisme de dette commune pour financer des subventions est absolument essentiel aussi.”

Marine Pennetier, avec Michel Rose, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below