for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Italie: Conte s'excuse pour le retard des aides sociales

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a présenté ses excuses vendredi aux millions de personnes qui n'ont pas encore reçu les aides sociales promises par son gouvernement pour les aider à faire face à la crise du coronavirus. /Photo prise le 30 avril 2020/REUTERS/Remo Casilli

ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a présenté ses excuses vendredi aux millions de personnes qui n’ont pas encore reçu les aides sociales promises par son gouvernement pour les aider à faire face à la crise du coronavirus.

L’Italie a mis en place l’un des confinements les plus stricts au monde pour freiner l’épidémie, qui a déjà tué près de 28.000 personnes dans la péninsule, et la fermeture de la quasi-totalité des entreprises du pays a privé de revenus des millions de salariés et de travailleurs indépendants.

Le gouvernement a lancé des dispositifs exceptionnels d’aides aux ménages et aux entreprises il y a plusieurs semaines mais une partie des aides prévues n’ont toujours pas été versées.

“Il y a eu et il y a encore des retards dans le versement de ces sommes”, a reconnu Giuseppe Conte dans un message publié sur Facebook, reconnaissant que les mécanismes de financement se révélaient “compliqués”.

“Je présente mes excuses au nom du gouvernement et je vous assure que nous allons continuer de tout faire pour que les paiements soient effectués dès que possible”, a-t-il ajouté.

Les principaux retards concernent l’indemnisation du chômage partiel des salariés de petites entreprises à l’arrêt depuis le début du confinement en mars, pour un montant annoncé de 3,3 milliards d’euros.

Le gouvernement prévoyait initialement que les 2,3 millions de personnes concernées seraient indemnisées avant la fin du mois d’avril mais selon les informations de Reuters, seules 29.000 salariés avaient effectivement touché des aides au 27 avril.

Chez les salariés de moyennes et de grandes entreprises en chômage partiel, dont l’indemnisation est gérée par un dispositif distinct, seules 2,7 millions de personnes avaient perçu des aides en milieu de semaine sur un total de 7,7 millions de salariés concernés.

Le gouvernement explique ces retards par des blocages administratifs mais note que certaines régions ont été plus efficaces que d’autres pour traiter les demandes d’indemnisation.

Crispian Balmer, version française Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up