for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

La Belgique accuse la France de pollution à la frontière wallonne

L'usine Tereos à Escaudoeuvres. La région belge de Wallonie a affirmé jeudi que des tonnes de poissons avaient été tués en raison d'une pollution de l'Escaut trouvant son origine en France et a accusé les autorités françaises d'avoir tardé à lancer l'alerte. /Photo prise le 30 avril 2020/REUTERS/Pascal Rossignol

BRUXELLES/PARIS (Reuters) - La région belge de Wallonie a affirmé jeudi que des tonnes de poissons avaient été tués en raison d’une pollution de l’Escaut trouvant son origine en France et a accusé les autorités françaises d’avoir tardé à lancer l’alerte.

La région belge a affirmé qu’une fuite dans une raffinerie de betterave à sucre appartenant au groupe Tereos était à l’origine du problème. Le sucrier français a déclaré pour sa part qu’il n’y avait pas de lien prouvé entre les poissons morts en Belgique et la fuite dans ses installations.

La Wallonie, qui partage une frontière avec la France, a estimé qu’entre 50 à 70 tonnes de poissons avaient péri dans une portion de 36 km du fleuve.

“La Wallonie n’a pas été avertie par la France. Il est important de comprendre pourquoi et surtout de faire les choses différemment à l’avenir”, a déclaré à Reuters la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, ajoutant qu’un pollueur pouvait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 1 million d’euros en Wallonie.

Marine Strauss à Bruxelles et Sybille de La Hamaide à Paris, version française Camille Raynaud

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up