for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Départements rouges, départements verts: la France présente la cartographie du coronavirus

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a présenté jeudi soir pour la première fois les cartes here qui permettront, conformément au plan présenté cette semaine par le Premier ministre Edouard Philippe, de mettre en oeuvre un déconfinement différencié département par département à compter du 11 mai.

Le gouvernement français a présenté jeudi soir pour la première fois les cartes https://twitter.com/MinSoliSante/status/1255909313316601858?s=20 qui permettront, conformément au plan présenté cette semaine par le Premier ministre Edouard Philippe, de mettre en oeuvre un déconfinement différencié département par département à compter du 11 mai. /Photo prise le 30 avril 2020/REUTERS/Stéphane Mahé

L’ensemble du quart nord-est du pays, dont la totalité des départements de l’Île-de-France, apparaît en rouge sur cette première synthèse cartographiée, de même que la Haute-Corse et le Lot. Outre-mer, Mayotte est également en rouge.

Mais le ministre de la Santé, Olivier Véran, a souligné que le confinement restait pour l’heure de rigueur dans tout le territoire. “Ces cartes ne changent absolument rien au confinement qui reste nécessaire jusqu’au 11 mai”, a-t-il insisté lors d’un point de presse avec le directeur général de la santé, Jérôme Salomon.

La première carte reflète la circulation du virus département par département en s’appuyant sur la part des patients qui s’adressent aux urgences de leur hôpital pour une suspicion d’infection à coronavirus (inférieur à 6% en vert, entre 6 et 10% en orange et supérieur à 10% en rouge).

Quelque 700 services d’urgence servent à construire cet indicateur “maîtrisé, fiable, robuste et extrêmement sensible”, a dit Olivier Véran.

D’autres indicateurs sont pris en compte, comme les remontées d’informations de la part de médecins généralistes ou le nombre de tests positifs réalisés par département.

La deuxième carte présente la tension sur les capacités de réanimation des hôpitaux en pourcentage de la capacité initiale (inférieur à 60% en vert, 60 à 80% en orange et entre 80 et 161% en rouge).

Avant l’épidémie, la France comptait une capacité initiale de quelque 5.000 lits en réanimation; leur nombre a été porté à 10.000 environ par adaptations et aménagements des hôpitaux.

“Tant que les réanimations n’ont pas retrouvé un rythme de croisière normal, nous devons faire très attention”, a souligné Olivier Véran.

Une dernière carte fait la synthèse de ces deux principaux critères (circulation du virus et tension hospitalière sur les capacités en réanimation).

“TENIR BON ENCORE QUELQUES JOURS”

Edouard Philippe, qui présentait mardi un plan de déconfinement, a annoncé que cette sortie serait engagée à partir du 11 mai de manière progressive” et “différenciée” en fonction de l’intensité de la circulation du coronavirus dans les départements.

Concrètement, le déconfinement sera différencié le 11 mai entre les départements classés “vert”, où il sera appliqué largement, et ceux classés “rouge”, où il prendra une forme plus stricte.

Ainsi les jardins publics, les parcs ou bien encore les collèges resteront fermés dans les départements classés rouge.

“Ces cartes ne sont pas des anticipations au 11 mai”, a martelé Olivier Véran lors du journal de 20-Heures de TF1, soulignant que ces cartes n’étaient qu’une première indication et qu’elles étaient amenées à évoluer.

“Il ne faut pas que les Français qui se voient vivent dans un département qui apparaît en vert ce soir considèrent qu’ils pourraient sortir ou prendre des risques. Tout le plan de levée du confinement dépend de la capacité des Français à tenir bon encore pendant quelques jours”, a-t-il dit.

Interrogé sur de possibles retours en arrière, une fois le déconfinement mis en oeuvre dans un département donné, si la situation venait à se dégrader, le ministre de la Santé a confirmé que les pouvoirs publics pourraient être amenés à prendre des décisions inverses en consultation avec les élus locaux et le préfet.

Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up