for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Vigilance sur un syndrome peut-être lié au coronavirus chez l'enfant

PARIS (Reuters) - Une quinzaine d’enfants dont certains étaient contaminés par le coronavirus ont été hospitalisés en France avec un syndrome inflammatoire vasculaire grave comparable à des cas déjà signalés au Royaume-Uni mais aucun décès n’a été enregistré, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Une quinzaine d'enfants dont certains étaient contaminés par le coronavirus ont été hospitalisés en France avec un syndrome inflammatoire vasculaire grave comparable à des cas déjà signalés au Royaume-Uni mais aucun décès n'a été enregistré, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran. /Photo prise le 19 avril 2020/REUTERS/Thibault Camus

“C’est une alerte que j’ai reçue de la part d’équipes parisiennes (...) depuis 15 jours (...) avec une quinzaine d’enfants de tous âges qui présentent des symptômes de fièvre, des symptômes digestifs et un syndrome qu’on appelle inflammatoire vasculaire assez général qui peut provoquer une défaillance cardiaque”, a-t-il déclaré mercredi sur France Info.

“A ma connaissance aucun enfant heureusement n’est mort de ces complications qui sont des maladies assez rares qui peuvent s’accompagner d’une inflammation du coeur, ce qu’on appelle une myocardite”, a-t-il précisé.

Des cas similaires “assez récents” ont été rapportés en Espagne, en Italie et en Suisse, mais surtout au Royaume-Uni et “certains enfants, en France comme en Angleterre, mais pas tous, se sont révélés porteurs du coronavirus”, a souligné Olivier Véran.

A ce stade, on ne sait pas encore si les enfants ayant développé ce syndrome inflammatoire vasculaire présentaient des maladies sous-jacentes, et “la communauté scientifique et médicale travaille d’arrache-pied” en France et à l’étranger pour tenter d’expliquer ce phénomène.

“PAS D’EXPLICATION MÉDICALE À CE STADE”

Lors d’une conférence de presse “virtuelle” à Genève, plusieurs responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont abordé ce sujet en insistant sur la rareté du phénomène.

“Il y a de récents cas d’enfants dans plusieurs pays européens qui ont eu ce syndrome inflammatoire, qui est similaire au syndrome de Kawasaki, mais cela semble extrêmement rare”, a déclaré le Dr Maria van Kerkhove, épidémiologiste.

“Nous avons demandé au réseau mondial des cliniciens d’être en alerte afin de récolter des informations de manière systématique, afin que nous puissions mieux comprendre”, a-t-elle ajouté.

“Je veux souligner, à l’adresse de tous les parents, que la très grande majorité des enfants qui ont le Covid n’auront que des symptômes bénins et se rétabliront totalement”, a ajouté le Dr Mike Ryan, directeur de l’OMS pour les situations d’urgence.

“C’est quelque chose que je prends évidemment très au sérieux”, a dit de son côté Olivier Véran, en expliquant qu’il convient de déterminer “s’il y a lieu de faire un lien entre le coronavirus et cette forme qui jusqu’ici n’avait été observée nulle part”.

“Nous sommes en train surtout de voir s’il y a de nouveaux cas ou est-ce que c’était une concordance statistique (...) Nous n’avons absolument pas d’explication médicale à ce stade” pour préciser s’il s’agit d’une réaction inflammatoire violente qui se déclenche chez des enfants contaminés par le nouveau coronavirus ou bien d’une autre maladie inflammatoire ou infectieuse.

“Nous aurons les résultats rapidement”, a précisé Olivier Véran en assurant qu’il communiquerait les informations consolidées dès qu’elles seront disponibles et en bottant en touche sur un impact éventuel sur le calendrier de réouverture progressive des écoles.

Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up