April 21, 2020 / 8:37 AM / a month ago

Coronavirus: Moins de 6% des Français devraient avoir été infectés au 11 mai

Des employés soumis à des tests de température à l'entrée de l'usine. Moins de 6% de la population française, soit environ 3,7 millions de personnes, devraient avoir été contaminés par le nouveau coronavirus à la date du 11 mai, selon une étude menée par des chercheurs de l'Institut Pasteur, de l'Inserm et du CNRS, en collaboration avec Santé Publique France. /Photo prise le 21 avril 2020/REUTERS/Pascal Rossignol

PARIS (Reuters) - Moins de 6% de la population française, soit environ 3,7 millions de personnes, devraient avoir été contaminés par le nouveau coronavirus à la date du 11 mai, selon une étude menée par des chercheurs de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS, en collaboration avec Santé Publique France.

Si la réduction de la transmission du nouveau coronavirus résultant du confinement se poursuit sur son rythme actuel, “au 11 mai 2020, date annoncée du début de la levée progressive du confinement (...) environ 3,7 millions de personnes, soit 5,7% de la population devraient avoir été infectés par le SARS-CoV-2”, peut-on lire dans cette étude dont les premières conclusions ont été publiées en ligne par l’Institut Pasteur.

La proportion de personnes ayant déjà été contaminées serait plus élevée en Ile-de-France (12,3%) et dans le Grand Est (11,8%) - deux des régions les plus touchées par l’épidémie - est-il précisé dans un communiqué de presse diffusé mardi par l’Institut Pasteur.

“Ce niveau d’immunité est donc très inférieur au niveau nécessaire pour éviter une seconde vague si toutes les mesures de contrôle devaient être levées”, est-il précisé dans ce communiqué.

Alors que l’immunité collective nécessaire pour éviter une nouvelle flambée épidémique est estimée à 70%, “des efforts importants devront être maintenus au-delà du 11 mai pour éviter une reprise de l’épidémie”, prévient l’Institut Pasteur.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont analysé les données épidémiologiques concernant les nouveaux cas de contamination par ce virus ainsi que les hospitalisations et la mortalité liée au COVID-19 (la maladie que développent certains patients contaminés par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2).

“Dans un contexte de grande incertitude, ces analyses de modélisation permettent de mieux comprendre cette épidémie et l’impact du confinement sur la propagation de SARS-CoV-2”, note l’un des auteurs de cette étude, Simon Cauchemez, responsable de l’unité Modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur, cité dans le communiqué.

Les premiers résultats de cette étude suggèrent également que le confinement a eu un impact conséquent sur la transmission du nouveau coronavirus, en la réduisant de 84%. Le nombre moyen de personnes infectées par un cas (que les chercheurs appellent “R0”) est passé de 3,3 à 0,5 pendant le confinement.

Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below