April 17, 2020 / 11:35 AM / 2 months ago

Coronavirus: La France insiste sur l'importance de transparence

La France a insisté vendredi sur l'importance de la transparence dans la gestion de l'épidémie de coronavirus et sur les informations données, "essentielles" à ses yeux pour lutter efficacement "tous ensemble" contre la pandémie partie de Chine avant de se propager dans plus de 200 pays. /Photo prise le 16 avril 2020/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La France a insisté vendredi sur l’importance de la transparence dans la gestion de l’épidémie de coronavirus et sur les informations données, “essentielles” à ses yeux pour lutter efficacement “tous ensemble” contre la pandémie partie de Chine avant de se propager dans plus de 200 pays.

“Il faut travailler avec tout le monde, tous les pays du monde sont touchés et à la fin si tous les pays du monde ne travaillent pas ensemble pour y répondre, on ne va pas s’en sortir”, a dit une source à l’Elysée.

“Donc il faut qu’on travaille avec les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, l’Afrique, avec tout le monde mais” il y a un “besoin de transparence pour comprendre cette épidémie et pour y répondre parce qu’on ne pourra y répondre parfaitement que quand on comprendra tout”, a ajouté cette source. “Donc oui il y a besoin de transparence, d’ailleurs c’est dans le communiqué du G20” publié fin mars à l’issue d’un sommet extraordinaire consacré à l’épidémie de coronavirus.

L’épidémie de coronavirus est apparue dans le centre de la Chine en décembre avant de se propager dans plus de 200 pays, faisant selon le dernier bilan établi par Reuters, près de 140.000 morts et contaminant plus de deux millions de personnes dans le monde.

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises ces dernières semaines accusé Pékin d’avoir dissimulé l’ampleur et la portée de l’épidémie, et d’avoir sous-évalué son bilan. La Chine a dénoncé des commentaires “indécents” et a invité les autorités américaines à cesser de politiser une question de santé publique.

Dans un entretien au Financial Times mis en ligne jeudi et publié vendredi, Emmanuel Macron a estimé pour sa part qu’il y avait des zones d’ombre dans la gestion par la Chine de l’épidémie, appelant à ne pas faire preuve de “naïveté”.

A Londres le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a de son côté estimé que des “questions difficiles” allaient devoir être posées concernant “l’apparition du virus et pourquoi il n’a pas pu être stoppé plus tôt”.

Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below