for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Deux morts dans une attaque dans la Drôme, enquête antiterroriste ouverte

LYON (Reuters) - Une attaque au couteau a fait deux morts et cinq blessés samedi matin à Romans-sur-Isère (Drôme), a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Slideshow ( 2 images )

Le Parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé en début de soirée s’être saisi de l’enquête, les premiers éléments laissant penser que le suspect, un homme d’origine soudanaise né en 1987, était radicalisé.

L’individu, légèrement blessé, a été interpellé sans opposer de résistance, avait auparavant déclaré à Reuters la maire de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval.

Il a été arrêté alors qu’il “se trouvait à genoux sur un trottoir priant en langue arabe” et placé en garde à vue ainsi qu’une de ses connaissances, a précisé le Pnat.

L’attaque s’est déroulée dans la matinée dans plusieurs commerces devant lesquels les clients faisaient la queue avant d’être servis en raison des règles de précaution liées au coronavirus, et dans la rue.

Après avoir fait une première victime dans un premier magasin, l’homme a poursuivi son chemin et est entré dans une boucherie, où il s’est saisi d’un second couteau et a fait une seconde victime, a dit la maire.

“Les premières investigations ont mis en évidence un parcours meurtrier déterminé de nature à troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur”, déclare le Pnat dans son communiqué.

“En outre, lors de la perquisition réalisée à son domicile, ont été retrouvés des documents manuscrits à connotation religieuse dans lesquels l’auteur des lignes se plaint notamment de vivre dans un pays de mécréants.”

Le Pnat a par conséquent décidé de se saisir des faits, ouvrant une enquête “des chefs d’assassinats et tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteur terroriste criminelle”, indique le communiqué.

D’après un témoin, l’assaillant aurait crié “Allah Akbar” en commettant son attaque, ce que les enquêteurs n’ont pas confirmé à ce stade.

Selon des sources proches de l’enquête, il aurait obtenu le droit d’asile en France en 2017. Il ne serait pas connu des services de police.

Christophe Castaner, qui s’est rendu à Romans-sur-Isère dans l’après-midi, avait évoqué un “parcours terroriste” du suspect avant même que le Pnat ne décide de retenir cette qualification.

Dans un tweet, le président de la République Emmanuel Macron a assuré que “toute la lumière sera faite sur cet acte odieux qui vient endeuiller notre pays déjà durement éprouvé ces dernières semaines”.

Edité par Gilles Guillaume et Tangi Salaün

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up