April 2, 2020 / 6:22 AM / 2 months ago

Assassinat de Daniel Pearl: La condamnation à mort du principal accusé commuée en appel

KARACHI (Reuters) - Le principal accusé dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en 2002 au Pakistan a vu sa condamnation à mort commuée en appel en une peine de sept ans de prison, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

Ahmed Omar Saïd (photo), le principal accusé dans l'enquête sur l'assassinat du journaliste américain Daniel Pearl en 2002 au Pakistan a vu sa condamnation à mort commuée en appel en une peine de sept ans de prison, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat. /Photo d'archives/REUTERS/ Zahid Hussein

Le département d’Etat américain a fustigé cette décision, qu’il a qualifiée d’”affront à toutes les victimes du terrorisme dans le monde”.

Trois autres accusés, qui avaient été condamnés à la prison à perpétuité en première instance, ont été acquittés par la Haute Cour du Sindh.

Les juges ont estimé que l’accusation de meurtre n’était pas étayée, a déclaré Khawaja Naveed, joint par téléphone.

Daniel Pearl, qui travaillait pour le Washington Post, a été enlevé et assassiné en février 2002 à Karachi.

Ahmed Omar Saïd, né en Grande-Bretagne, était considéré comme le cerveau de son enlèvement et de son assassinat. Les Etats-Unis ont tenté d’obtenir son extradition, avait rapporté à l’époque la chaîne CNN.

“La cour a commué la condamnation à mort d’Omar à une peine de sept ans de prison”, a déclaré Khawaja Naveed. “Les accusations de meurtre n’ont pas été prouvées, il a donc été condamné à sept ans pour l’enlèvement”, a-t-il ajouté. Son client étant détenu depuis 18 ans, sa remise en liberté devrait être ordonnée dans la journée. “Il sera dehors dans quelques jours”, a poursuivi l’avocat.

Le procureur de la province du Sindh Faiz Shah a indiqué qu’il ferait probablement appel de la décision, qui n’a pas encore été publiée et que ses services n’ont pu étudier.

Mais un autre avocat impliqué dans le dossier a souligné que l’accusation aurait du mal à empêcher la remise en liberté des quatre hommes. “Juridiquement, ils ne peuvent pas interdire leur libération dans ce dossier particulier”, a dit Muhammad Farooq.

Les procureurs, a-t-il ajouté, pourraient cependant solliciter un ordre provisoire auprès de la Cour suprême du Pakistan en invoquant le maintien de l’ordre public.

Au moment de son enlèvement, en janvier 2002, Daniel Pearl enquêtait sur les réseaux islamistes à Karachi après les attentats du 11 septembre 2001.

Il a été mis à mort début février 2002 et une vidéo de son exécution par décapitation a été diffusée quelques semaines plus tard.

L’assassinat de Daniel Pearl a suscité un émoi considérable. Khalid Cheikh Mohamed, figure d’Al Qaïda et organisateur des attentats du 11-Septembre capturé en 2003 et détenu depuis 2006 à Guantanamo, a affirmé lors d’une audition avoir lui-même décapité le journaliste américain.

Syed Raza Hassan; version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below