for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Le cannabis, victime collatérale du Covid-19

ORLEANS, Loiret (Reuters) - Contrôles accrus et fermeture des frontières ne font pas bon ménage avec le trafic de cannabis. Le produit illicite le plus fumé de France voit sa consommation fortement perturbée par l’épidémie de coronavirus, obligeant les trafiquants à se réinventer pour s’approvisionner en période de confinement.

Contrôles accrus et fermeture des frontières ne font pas bon ménage avec le trafic de cannabis. L'herbe illicite la plus fumée de France voit sa consommation fortement perturbée par l'épidémie de coronavirus, obligeant les trafiquants à se réinventer pour s'approvisionner en période de confinement. /Photo d'archives/REUTERS/Stelios Misinas

Dans son appartement du centre d’Orléans, Cédric fume son dernier gramme de cannabis acheté il y a une dizaine de jours.

“Le mardi matin, soit quelques heures avant le confinement, le prix du gramme de cannabis avait déjà doublé”, dit à Reuters cet organisateur de spectacle de 53 ans, consommateur régulier, évoquant la journée du 17 mars, quand la France s’est retrouvée sous cloche. “Mais depuis, ajoute-t-il, il n’y a plus de trafic dans les rues.”

Son dealer, qui compte entre 50 et 70 clients sur l’année, s’approvisionne habituellement lui-même en Belgique et aux Pays-Bas ou bien fait acheminer de la résine de cannabis du Maroc.

Avec les mesures de confinement imposées en France pour limiter la propagation du coronavirus, et les contrôles presque systématiques des voitures, il a décidé de mettre un terme à ses déplacements.

“Pour l’instant, on vit sur les stocks d’avant le confinement, mais on en voit le bout”, dit celui qui touche entre 2.500 et 3.000 euros de bénéfices les mois les plus vendeurs grâce à cette activité.

“La savonnette de 100 grammes a pris 200 euros de plus en quelques jours. Si le confinement continue, je vais essayer de me tourner vers des connaissances qui ont de l’herbe locale. Mais il faut que je puisse me rendre chez eux. Bref, ça va être galère”, ajoute ce salarié du secteur privé.

LES 100 GRAMMES À 500 EUROS

Dans certaines villes, les services policiers ont constaté, tout comme à Orléans, de fortes hausses de prix sur le terrain.

A Marseille, les 100 grammes de cannabis sont passés de 280 à 500 euros en une semaine, rapporte le syndicat Unité SGP Police. Le marché se tend à Bordeaux et à Rennes. La résine de cannabis commence aussi à se faire très rare en prison, où 20 grammes peuvent se vendre 500 euros.

Une autre source policière en région parisienne précise que le prix du kilo de cannabis chez les semi-grossistes est passé de 2.000 à 3.500 euros depuis le début du confinement.

“On nous parle d’un début de pénurie”, dit à Reuters Yann Bastière, délégué national investigation d’Unité SGP Police.

Le cannabis est de très loin le produit illicite le plus consommé en France, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). On estime que 18 millions de Français chez les 11-75 ans en ont testé au moins une fois au cours de leur vie, et cinq millions sont des consommateurs annuels.

La drogue provient majoritairement du Maroc et transite par l’Espagne. Mais les deux pays ont fermé leurs frontières maritimes et terrestres lorsque les foyers de coronavirus européens se sont intensifiés, rendant plus difficile l’acheminement de marchandises.

“Aussi bien côté marocain qu’espagnol, tout le monde fait attention à sa frontière et ce qui peut y passer”, dit Yann Bastière.

Les prix n’augmentent pas partout pour autant. Dans le Val-de-Marne, les points de deal ont été désertés par la clientèle, craintive à l’idée de subir des contrôles, explique à Reuters Yvan Assioma, secrétaire régional Paris pour Alliance Police nationale. Les prix ont donc légèrement baissé.

CRAINTE DE VIOLENCES URBAINES

Sur le terrain, les dealers rivalisent d’ingéniosité pour vendre leur marchandise, donnant rendez-vous dans les supermarchés ou les tabacs, seuls commerces encore ouverts, ou bien en recrutant des “joggeurs” et des livreurs à vélo.

Certains profitent de la situation pour augmenter les prix, ce qui ne signifie pas pour l’instant que la pénurie est notable, dit Thierry Colombié, économiste et spécialiste du crime organisé, mais ça ne saurait tarder.

Il note que les quelque 700 réseaux existants en France se sont tournés vers les Pays-Bas, alimentés eux-aussi par le Maroc, qui disposent d’un stock confortable de cannabis. Les livraisons se poursuivent, cachées dans les marchandises encore autorisées à passer les frontières. Mais les réserves s’amenuiseront vite.

Ces perturbations risquent d’être le vecteur de tensions dans les quartiers difficiles. “La pénurie va mettre de côté tous les petits trafiquants qui, jusque-là travaillaient en flux tendu”, explique Thierry Colombié, qui précise que selon les dernières études disponibles, 200.000 personnes travaillent pour ces réseaux.

“On sait qu’il y a dans les cités assez d’argent pour rester dans une stratégie (...) de survie. Si vous enlevez cette stratégie de survie à des centaines de milliers de familles, ça va poser un vrai problème”, dit-il, ajoutant craindre une réédition des émeutes de 2005.

Dans les prisons - où la consommation de cannabis avoisine les 35% selon un étude de l’OFDT -, plusieurs mutineries ont déjà éclaté après la suspension des parloirs la semaine dernière.

Outre les problèmes d’hygiène que pose la surpopulation carcérale en pleine épidémie de coronavirus, les difficultés pour se procurer la drogue peuvent avoir joué un rôle dans l’apparition de violences, estime Thierry Colombié.

Edité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up