March 19, 2020 / 11:15 AM / 20 days ago

Une Assemblée réduite examine les textes liés à l'épidémie

PARIS (Reuters) - L’Assemblée nationale française a repris jeudi ses travaux afin d’examiner les textes liés à la crise du coronavirus, dans un format restreint pour tenir compte des mesures de confinement imposées dans tout le pays.

L'Assemblée nationale française (en photo) a repris jeudi ses travaux afin d'examiner les textes liés à la crise du coronavirus, dans un format restreint pour tenir compte des mesures de confinement imposées dans tout le pays. /Photo prise le 18 mars 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

La journée a commencé par une séance de questions au gouvernement dans un Palais-Bourbon très affecté par l’épidémie puisqu’un dernier bilan faisait état en début de semaine de 26 cas recensés dont 18 députés.

Quelques dizaines de personnes seulement étaient présentes dans l’hémicycle, assises à bonne distance les unes des autres pour raison de sécurité sanitaire : les présidents des huit groupes politiques, les élus posant des questions et quelques membres du gouvernement dont le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de la Santé et des solidarités, Olivier Véran.

“Plus que jamais l’Assemblée nationale est le coeur battant de notre République et de notre démocratie dont nous garantissons ensemble, ici, les valeurs et les principes”, a dit le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, dans son propos liminaire.

Il a invité les orateurs à ne pas poser les mains sur les micros et à entrer et sortir de façon échelonnée de l’hémicycle “qui a été désinfecté et sera nettoyé avant et après chaque séance”, a-t-il précisé.

Prise d’une quinte de toux au micro, la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher a jugé sa gêne “fort inappropriée dans le contexte”, avant de se reprendre.

QUESTIONS SUR LA PÉNURIE DE MASQUES

Une grande partie des questions des élus a porté sur la pénurie de masques de protection dans le pays, à quoi le ministre de la Santé a répondu que 30 millions d’unités avaient été distribuées ces trois derniers jours aux professionnels prioritaires dans les hôpitaux, les Ehpad et les services d’aide et de soins.

Olivier Véran a aussi évoqué l’achat de 1.132 respirateurs pour venir en aide aux malades en réanimation.

Au nom de La France insoumise, la députée Mathilde Panot est revenue sur les propos de l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn laissant entendre que le gouvernement avait été alerté dès janvier sur l’épidémie.

“Si comme elle le dit vous saviez, pourquoi sommes-nous en retard dans la production de masques et de tests”, a-t-elle demandé. “La confiance méfiante est impossible.”

D’ici vendredi soir, députés et sénateurs doivent adopter une série de textes liés à l’épidémie de coronavirus, annoncés lundi soir par le président Emmanuel Macron et examinés ensuite en conseil des ministres.

Est notamment concerné un projet de loi de Finances rectificative pour 2020. Un autre texte concerne le report du deuxième tour des municipales et l’état d’urgence sanitaire en France, donnant une base légale aux mesures de confinement.

Lors des séances, les présidents des groupes politiques pourront voter au nom de tous les députés de leur camp, évitant ainsi de faire siéger l’ensemble des élus.

Elizabeth Pineau, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below