March 3, 2020 / 4:10 PM / a month ago

Coronavirus: Un quatrième décès en France, 212 cas répertoriés

PARIS (Reuters) - Le coronavirus apparu en décembre en Chine a fait un quatrième mort en France, où le nombre de patients touchés a franchi mardi le seuil des 200 cas confirmés, passant à 212 selon le dernier bilan établi par l’agence Santé publique France.

Le coronavirus apparu en décembre en Chine a fait un quatrième mort en France, où le nombre de patients touchés a franchi mardi le seuil des 200 cas confirmés, passant à 212 selon le dernier bilan établi par l'agence Santé publique France. /Photo prise le 2 mars 2020/REUTERS/Benoit Tessier

Le quatrième décès concerne un homme de 92 ans décédé dans le Morbihan, en Bretagne, où un regroupement de cas est apparu ces derniers jours et concernent les localités de Carnac, Auray et Crac’h.

Les trois premières victimes étaient un touriste chinois de 81 ans mort le 14 février à l’hôpital Bichat, à Paris, où il avait été admis le 25 janvier; un enseignant de 60 ans originaire de l’Oise mort dans la nuit du 25 au 26 février après avoir été hospitalisé à La Pitié-Salpêtrière; et une femme de 89 ans, décédée à Compiègne, également dans l’Oise, dont la mort a été annoncée le 2 mars.

Avec 21 cas de plus que la veille, le nombre de personnes contaminées en France s’élevait mardi à 16h00 à 212 cas, répartis sur 13 régions, a annoncé en début de soirée le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Douze sont guéris.

“Pour trois cas sur quatre, nous connaissons la chaîne de transmission”, a-t-il souligné lors du point de presse quotidien consacré à la crise sanitaire.

Concernant les regroupements de cas, en plus de ceux de l’Oise et du secteur de La Balme, près d’Annecy, en Haute-Savoie, le directeur général de la Santé a indiqué qu’un nouveau “cluster” était apparu dans le Grand Est avec sept cas confirmés, donc cinq au sein d’une même famille, contaminés lors d’un rassemblement religieux qui s’est tenu du 17 au 24 février sur le site de la Porte ouverte chrétienne à Mulhouse (Bas-Rhin).

“Des investigations intensives sont en cours”, a-t-il ajouté, appelant les personnes ayant assisté à ce rassemblement à contacter le centre 15 si elles développent des symptômes.

“Avec près de 140 établissements de santé déjà mobilisés, le système de soin français est entièrement engagé pour limiter la propagation du virus sur le territoire”, a insisté Jérôme Salomon, ajoutant que “les zones où circule le virus sont bien identifiées”.

“FAIRE BLOC”

Face à la propagation de la maladie, le gouvernement français a décidé de débloquer 260 millions d’euros pour les hôpitaux afin de les aider à affronter une éventuelle épidémie, a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, mardi matin sur BFM TV.

Emmanuel Macron a pour sa part annoncé la réquisition de “tous les stocks et la production de masques de protection”.

“Nous les distribuerons aux professionnels de santé et aux Français atteints par le Coronavirus”, a écrit le président de la République sur Twitter.

En déplacement en fin d’après-midi au centre de crise du ministère de la Santé, le chef de l’Etat a appelé l’ensemble des acteurs concernés par la crise sanitaire à “faire bloc”.

“Dans cette période que nous vivons et que nous allons vivre - parce que nous sommes entrés dans une phase qui va durer des semaines et même sans doute des mois -, il est indispensable d’avoir la clarté, la résilience, le sang froid et la détermination pour freiner d’abord l’épidémie (...) puis lutter contre celle-ci”, a-t-il dit.

Le coronavirus apparu en décembre en Chine a fait un quatrième mort en France, où le nombre de cas a franchi le seuil des 200, a annoncé mardi le ministère de la Santé. /Photo prise le 2 mars 2020/REUTERS/Benoit Tessier

“Nous devons à nos concitoyens la continuité du service public”, a poursuivi le chef de l’Etat. “Faire bloc, c’est ce que nous devons à notre pays.”

Un conseil restreint de défense et de sécurité aura lieu mercredi matin à l’Elysée avant le conseil des ministres.

Les autorités françaises sont prêtes à encadrer le prix des gels hydroalcooliques et des masques de protection en cas d’abus et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) va ouvrir une enquête pour vérifier les prix pratiqués sur ces produits, a en outre averti le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire.

Rédaction de Paris

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below