February 8, 2020 / 11:21 AM / 5 months ago

Trump révoque deux représentants ayant témoigné contre lui

WASHINGTON/NEW YORK (Reuters) - Deux jours après son acquittement par le Sénat à l’issue de son procès en destitution, Donald Trump a demandé à son administration de révoquer vendredi deux représentants ayant livré des témoignages préjudiciables à son encontre lors des auditions menées par les démocrates l’an dernier.

Deux jours après son acquittement par le Sénat à l'issue de son procès en destitution, Donald Trump a demandé à son administration de révoquer vendredi deux représentants ayant livré des témoignages préjudiciables à son encontre lors des auditions menées par les démocrates l'an dernier. /Photo prise le 7 février 2020/REUTERS/Joshua Roberts

Gordon Sondland, l’ambassadeur auprès de l’Union européenne, a publié un communiqué indiquant qu’il allait être révoqué, quelques heures après que l’avocat d’Alexander Vindman, principal conseiller sur l’Ukraine de la Maison blanche, a annoncé que son client avait été révoqué de son poste au Conseil national de sécurité (NSC).

Vindman, citoyen américain né en Ukraine et vétéran de l’armée qui a combattu en Irak, a été escorté hors de la Maison blanche vendredi, a annoncé David Pressman, ajoutant qu’il s’agissait d’une vengeance suite au témoignage de son client dans le cadre de l’enquête menée par la Chambre des représentants sur l’”affaire ukrainienne”.

“Il n’y a aucun doute dans l’esprit des Américains” sur les raisons pour lesquelles Vindman a perdu son poste, a dit l’avocat dans un communiqué. “On a demandé au colonel Vindman de partir pour avoir dit la vérité”.

En novembre dernier, durant les auditions menées par les commissions de la Chambre où les démocrates sont majoritaires, Alexander Vindman a dit avoir alerté un avocat du NSC sur une demande “inappropriée” faite par Donald Trump lors d’une conversation avec son homologue ukrainien Volodimir Zelenski.

Gordon Sondland, entendu à plusieurs reprises par les commissions de la Chambre, à huis clos puis lors d’auditions télévisées, a déclaré que Donald Trump avait conditionné le déblocage d’une aide financière à l’Ukraine à l’ouverture par Kiev d’enquêtes anticorruption qu’il réclamait.

“LOYAUTÉ”

L’entretien téléphonique de juillet dernier entre Trump et Zelenski fut au coeur de la procédure de destitution (“impeachment”) lancée en septembre dernier par la Chambre, qui a voté en décembre en séance plénière la mise en accusation du président républicain, pour abus de pouvoir et entrave au Congrès.

Le vote à la Chambre a fait de Donald Trump le troisième président des Etats-Unis à être jugé au Sénat, où les républicains sont majoritaires et qui a prononcé mercredi l’acquittement du locataire de la Maison blanche.

Sondland, qui fut un donateur politique de Trump avant d’être nommé par ce dernier au poste d’ambassadeur auprès de l’UE, a dit dans le communiqué publié vendredi avoir de la gratitude envers Donald Trump pour lui “avoir donné l’opportunité de servir” le pays.

Il a aussi remercié le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, pour son “soutien constant” et les membres de la mission américaine auprès de l’UE pour leur implication “exceptionnelle”.

Aucun commentaire n’a été obtenu dans l’immédiat auprès de la Maison blanche et du département d’Etat sur la révocation de Sondland.

Un porte-parole de l’US Army a déclaré qu’Alexander Vindman ainsi que son frère Yevgeny, colonel qui travaillait lui aussi pour le NSC, ont été réaffectés dans l’armée, sans donner davantage de précisions “par respect pour leur vie privée”.

Aucun commentaire n’a été effectué par un porte-parole du NSC.

Le représentant démocrate Eliot Engel, qui préside la commission des Affaires étrangères de la Chambre - l’une des commissions ayant mené l’enquête dans l’impeachment -, a déclaré que la décision de révoquer Vindman était “honteuse”. “Le président pense que la seule loyauté qui compte est une loyauté envers sa personne”, a-t-il dit par écrit.

Interrogé plus tôt vendredi sur des informations de presse rapportant qu’il pourrait révoquer le colonel, Donald Trump a répondu qu’il n’était “pas content” de Vindman.

“Vous pensez que je devrais être content avec lui ?”, a-t-il dit aux journalistes.

avec Steve Holland; version française Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below