January 30, 2020 / 4:35 PM / 5 months ago

Macron espère nouer des relations plus apaisées avec la Pologne

VARSOVIE/PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron compte nouer des relations plus apaisées avec Varsovie, en mettant de côté les divergences politiques, à l’occasion de sa visite des 3 et 4 février en Pologne, axée sur la coopération dans les domaines militaire et nucléaire.

Emmanuel Macron et Andrzej Duda. Emmanuel Macron compte nouer des relations plus apaisées avec Varsovie, en mettant de côté les divergences politiques, à l'occasion de sa visite des 3 et 4 février en Pologne, axée sur la coopération dans les domaines militaire et nucléaire. /Photo prise le 4 décembre 2019/REUTERS/Ludovic Marin

Les liens entre la Pologne et la France se sont fortement distendus depuis l’arrivée au pouvoir à Varsovie du parti nationaliste conservateur Droit et Justice (PiS) en 2015, puis l’annulation l’année suivante d’un contrat de 3,4 milliards d’euros avec Airbus pour la fourniture d’hélicoptères.

En 2017, Emmanuel Macron, alors fraîchement élu à la présidence française, avait boudé Varsovie lors d’une tournée en Europe centrale en estimant que les Polonais méritaient de meilleurs dirigeants. La Pologne l’avait qualifié en retour de président “arrogant” et “inexpérimenté”.

Mais le chef de l’Etat français veut aujourd’hui concentrer ses efforts sur ce qu’il considère comme des projets d’investissement bénéfiques pour les deux pays.

“Un pays aussi central ne peut pas être de fait perçu comme un pays sur la défensive. Au contraire”, explique-t-on de source diplomatique française.

Lors de ses entretiens lundi avec le Premier ministre Mateusz Morawiecki et le président Andrzej Duda, Emmanuel Macron devrait notamment discuter du rôle de l’énergie nucléaire pour tenir les objectifs de l’Union européenne en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Selon un diplomate français, il s’emploiera également à plaider pour un rééquilibrage de la politique d’achats du gouvernement polonais, tournée vers les Etats-Unis, en proposant une coopération industrielle renforcée dans des secteurs comme le nucléaire mais aussi les télécoms.

La France s’efforce depuis longtemps de convaincre Varsovie d’opter pour son savoir-faire nucléaire. Le sujet a encore été abordé par Emmanuel Macron avec Andrzej Duda en marge du sommet de l’Otan à Londres en décembre dernier, selon deux sources polonaises au fait des discussions.

A Varsovie, la construction de plusieurs centrales nucléaires en Pologne dans les années à venir fait consensus au sein du gouvernement mais on regarde plutôt du côté des technologies développées par les Etats-Unis ou la Corée du Sud.

Deux responsables polonais interrogés par Reuters expriment ainsi des doutes sur les propositions françaises en matière de défense ou de nucléaire.

“Il y a une série de signaux qui posent problème”, dit l’un d’eux, citant notamment le cas de l’EPR de Flamanville, dont la construction a pris des années de retard et engendré des surcoûts de plusieurs milliards d’euros.

De source diplomatique française, on reconnaît que les discussions sur le nucléaire n’en sont qu’à un stade préliminaire. “Ce ne sera pas mûr là, mais ce sera un des points de discussion”, précise-t-on.

Version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below