January 21, 2020 / 12:04 PM / 3 months ago

La France propose de suspendre sa taxe numérique en attendant l'OCDE

La France, engagée dans de difficiles tractations avec les Etats-Unis sur sa taxe numérique, propose de suspendre pour 2020 le paiement des acomptes sur cet impôt le temps qu'un accord plus global soit trouvé à l'OCDE. /Photo d'archives/REUTERS

PARIS (Reuters) - La France, engagée dans de difficiles tractations avec les Etats-Unis sur sa taxe numérique, propose de suspendre pour 2020 le paiement des acomptes sur cet impôt le temps qu’un accord plus global soit trouvé à l’OCDE, a-t-on appris mardi de source proche du ministère français des Finances.

“Nous ce qu’on propose, (...) c’est de se donner du temps et pour montrer notre bonne foi de notre côté c’est de décaler ces soldes au mois de décembre”, a-t-on dit de même source.

“Ce n’est pas : ‘on suspend notre taxe et vous ne nous mettez pas de taxe’, c’est : ‘on se donne du temps pour trouver une solution à l’OCDE’.”

L’idée d’un impôt sur les “Gafa” (Google, Amazon, Facebook, Apple, entre autres) divise les Etats-Unis et les pays européens, notamment la France qui s’est dotée de sa propre taxe en juillet dernier, s’attirant les foudres de Washington qui menace de riposter par des droits de douane.

Emmanuel Macron et Donald Trump sont cependant convenus dimanche soir par téléphone de mettre fin à toute surenchère dans ce conflit d’ici la fin des négociations en cours au sein de l’OCDE pour trouver un accord international.

Le ministre français des Finances Bruno Le Maire doit rencontrer mercredi au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, son homologue américain le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

“Je crois que nous sommes dans la bonne direction et que les deux présidents Macron et Trump ont donné une impulsion importante à cette négociation entre les Etats-Unis et la France qui dure depuis plusieurs semaines”, a déclaré Bruno Le Maire mardi à Bruxelles.

Dans une interview au Wall Street Journal parue mardi, Steven Mnuchin menace également d’imposer des droits de douane à la Grande-Bretagne et l’Italie si ces deux pays créent leur propre taxe numérique.

Leigh Thomas, Michel Rose, version français Bertrand Boucey et Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below