January 15, 2020 / 7:50 PM / 6 months ago

La grève "sans issue", "détermination totale", dit Philippe

La grève contre la réforme du système des retraites dans les transports, la plus longue dans l'histoire de France, est "sans issue" compte tenu de la détermination "totale" du gouvernement à aller jusqu'au bout de la suppression des régimes spéciaux, a déclaré mercredi Edouard Philippe. /Photo prise le 15 janvier 2020/REUTERS/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - La grève contre la réforme du système des retraites dans les transports, la plus longue dans l’histoire de France, est “sans issue” compte tenu de la détermination “totale” du gouvernement à aller jusqu’au bout de la suppression des régimes spéciaux, a déclaré mercredi Edouard Philippe.

Cette grève est “sans issue” au “sens où la détermination du gouvernement de mettre en place ce système universel de retraites et donc de supprimer à terme (...) les régimes spéciaux est totale” et nous irons “au bout de cette démarche”, a souligné le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse à l’issue d’un séminaire gouvernemental à l’Elysée.

Le Premier ministre a ensuite reçu Catherine Guillouard, présidente-directrice générale de la RATP et Jean-Pierre Farandou, son homologue de la SNCF, pour faire un point sur l’état de la mobilisation sociale dans les deux entreprises.

Il a rappelé que “les propositions mises sur la table concernant l’application du système universel de retraites aux agents de la RATP et la SNCF prévoient une transition personnalisée pour les agents concernés, une convergence progressive vers l’âge d’ouverture des droits du régime universel et un maintien, pour les agents concernés, des droits acquis au moment de la transition vers le régime universel”, précise Matignon dans un communiqué.

Edouard Philippe s’est par ailleurs félicité du “mouvement progressif mais sensible de retour au travail des agents de la RATP et de la SNCF” et a noté “les conséquences financières importantes de ces mouvements pour les deux entreprises”, qui s’élèvent selon ses services à 200 millions d’euros pour la RATP et environ 850 millions pour la SNCF.

Marine Pennetier et Jean-Philippe Lefief, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below