January 7, 2020 / 4:54 PM / 3 months ago

L'accusation d'espionnage contre Fariba Adelkhah levée en Iran

L'Iran a abandonné l'accusation d'espionnage contre l'universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah, directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po, qui reste toutefois détenue à Téhéran pour propagande contre le système et collusion contre la sécurité nationale, a indiqué mardi à Reuters l'avocat de l'anthropologue. /Photo prise le 9 septembre 2019/REUTERS/Leonhard Foeger

DUBAI (Reuters) - L’Iran a abandonné l’accusation d’espionnage contre l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah qui reste toutefois détenue à Téhéran pour propagande contre le système et collusion contre la sécurité nationale, a indiqué mardi à Reuters l’avocat de l’anthropologue.

L’accusation d’espionnage, passible de la peine de mort en Iran, “a été abandonnée mais elle risque toujours une peine de deux à cinq ans de prison pour collusion contre la sécurité nationale et de trois mois à un an pour propagande contre le système”, a dit Saaed Dehghan, joint par téléphone.

Directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris, Fariba Adelkhah, qui est âgée de 60 ans, a été arrêtée en juin par les Gardiens de la Révolution islamique sur des soupçons d’espionnage.

Dénonçant une ingérence dans ses affaires intérieures, l’Iran a jusqu’à présent rejeté les appels de la France en faveur de sa libération et de celle de son collègue Roland Marchal, chercheur à l’Institut d’études politiques. Des détentions qualifiées d’”intolérables” par Emmanuel Macron en décembre.

“Cette détention n’est pas acceptable”, a répété le secrétaire d’Etat français auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne à l’Assemblée nationale mardi.

La République islamique est accusée par les défenseurs des droits de l’Homme d’utiliser la détention de ressortissants étrangers et de binationaux comme monnaie d’échange pour faire pression sur les chancelleries occidentales, dans le cadre du bras de fer qui l’oppose aux Etats-Unis sur son programme nucléaire.

Parisa Hafezi, version française Marine Pennetier, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below