January 6, 2020 / 6:01 AM / 12 days ago

Après la mort de Soleimani, l'Irak veut le retrait des troupes étrangères dans le pays

BAGDAD (Reuters) - Le parlement irakien a adopté dimanche une résolution demandant au gouvernement de mettre fin à la présence de troupes étrangères dans le pays, alors que l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, ordonné par les Etats-Unis, fait craindre un embrasement entre Washington et Téhéran.

Le parlement irakien a adopté dimanche une résolution demandant au gouvernement de mettre fin à la présence de troupes étrangères dans le pays, alors que l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, ordonné par les Etats-Unis, fait craindre un embrasement entre Washington et Téhéran. /Photo prise le 5 janvier 2020/REUTERS/Aziz Taher

Qassem Soleimani, le plus éminent responsable militaire iranien et fer de lance de l’influence militaire de l’Iran au Moyen-Orient, a été tué vendredi dans une frappe américaine à l’aéroport de Bagdad en Irak.

Le corps du commandant de la force Al Qods est arrivé dimanche en Iran, accueilli par une foule de personnes en deuil.

Alors que les Etats-Unis et l’Iran se sont menacés de riposter en cas d’attaques, les dirigeants européens ont exhorté toutes les parties à agir avec retenue et responsabilité.

“Le gouvernement s’engage à retirer sa demande d’assistance de la part de la coalition internationale combattant l’État islamique en raison de la fin des opérations militaires en Irak et de la victoire”, peut-on lire dans la résolution du parlement irakien.

A la différence des lois, les résolutions du parlement ne sont pas contraignantes pour le gouvernement, mais le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi avait auparavant appelé le parlement à mettre fin à la présence de troupes étrangères.

Les Etats-Unis se sont dit déçus par le vote du parlement irakien réclamant le départ de toutes les forces étrangères d’Irak.

“Alors que nous attendons des clarifications supplémentaires sur la nature juridique et l’impact de la résolution adoptée aujourd’hui, nous exhortons fortement les dirigeants irakiens à reconsidérer l’importance de la relation économique et sécuritaire actuelle entre nos deux pays et de la présence continue de la coalition internationale pour vaincre (l’organisation Etat islamique)”, déclare Morgan Ortagus, porte-parole du département d’Etat, dans un communiqué.

“TERRORISTE EN COSTUME”

Plus tôt dimanche, l’Iran a qualifié Donald Trump de “terroriste en costume” après que le président américain a menacé de durement frapper 52 sites iraniens si Téhéran attaquait des Américains ou des intérêts américains pour venger la mort du général Soleimani.

“Trump est un terroriste en costume. Il apprendra très bientôt l’histoire que PERSONNE ne peut vaincre la “Grande Nation et Culture iranienne”, a déclaré Mohammad Javad Azari-Jahromi, le ministre iranien de l’Information et des Télécommunications, sur Twitter.

Après la mort de Qassem Soleimani, le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a promis vendredi une terrible vengeance.

Donald Trump a réagi samedi sur Twitter en indiquant que les Etats-Unis avaient identifié 52 sites iraniens qu’ils frapperaient en cas d’attaques de l’Iran.

Les Etats-Unis “ont identifié 52 sites iraniens (...) dont certains sont de très haut niveau et importants pour l’Iran”, a ainsi écrit le président américain, précisant que les 52 cibles représentaient les 52 Américains qui avaient été retenus en otage à l’ambassade des États-Unis à Téhéran en 1979.

“Les Etats-Unis ne veulent plus de menaces !”, a-t-il poursuivi.

TÉHÉRAN NE VA PLUS RESPECTER LES LIMITES À SES ACTIVITÉS NUCLÉAIRES

L’Iran a également annoncé dimanche qu’il allait s’affranchir davantage de l’accord de 2015 sur son programme nucléaire et qu’il ne s’imposait plus de limites pour l’enrichissement d’uranium.

D’après la télévision d’Etat citant un communiqué du gouvernement, l’Iran ne va plus respecter les limites à ses activités nucléaires fixées dans cet accord: qu’il s’agisse du nombre de centrifugeuses pour ses capacités d’enrichissement d’uranium, du degré d’enrichissement de l’uranium ou encore de ses activités de recherche et développement.

Angela Merkel, Emmanuel Macron et Boris Johnson ont demandé dimanche à l’Iran de revenir en pleine conformité avec ses engagements dans le cadre de du Plan d’action global commun (JCPoA).

Le président français s’entretiendra dans les prochains jours avec le président iranien Hassan Rohani, dit-on à l’Elysée.

Ahmed Rasheed et Ahmed Aboulenein, avec Parisa Hafezi à Dubaï, version française Arthur Connan

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below