January 3, 2020 / 12:13 PM / 15 days ago

France: Enquête ouverte pour viol sur mineur dans l'affaire Matzneff

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête pour viols sur mineur après la publication d’un ouvrage mettant en cause Gabriel Matzneff, à l’origine d’une polémique sur les pratiques de cet écrivain qui n’a jamais fait mystère de ses relations avec de jeunes adolescentes.

Le parquet de Paris a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour viols sur mineur après la publication d'un ouvrage mettant en cause Gabriel Matzneff, à l'origine d'une polémique sur les pratiques de cet écrivain qui n'a jamais fait mystère de ses relations avec de jeunes adolescentes. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le communiqué du parquet ne cite pas nommément Gabriel Matzneff mais mentionne Vanessa Springora, qui a fait paraître jeudi “Le Consentement” (Grasset), récit de la liaison qu’elle a entretenue avec l’écrivain, au milieu des années 1980, lorsqu’elle avait 14 ans.

Dans ce livre autobiographique, l’auteure, devenue éditrice et désormais âgée de 47 ans, dépeint celui qu’elle nomme “G.”, un “homme de cinquante ans aux faux airs de bonze”, en prédateur multipliant les relations avec de très jeunes filles.

L’allusion à Gabriel Matzneff est transparente, d’autant que Vanessa Springora le nomme dans une interview au Parisien parue mercredi.

L’Express a publié jeudi, sur son site internet, une tribune de l’écrivain, âgé de 83 ans, qui affirme avoir vécu un “exceptionnel amour” avec elle et ne pas se reconnaître dans “l’affreux portrait” dressé de lui.

Dans l’immédiat, Reuters n’a pu joindre ni l’écrivain, ni des personnes habilitées à parler en son nom. Plusieurs appels téléphoniques passés chez ses éditeurs sont restés sans réponse.

L’enquête ouverte à Paris vise des faits de “viols commis sur la personne d’un mineur de 15 ans au préjudice, notamment, de Vanessa Springora”, précise le parquet.

Au-delà, les investigations “s’attacheront à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l’étranger”, est-il écrit.

“PAS UNE GARANTIE D’IMPUNITÉ”

Dans un communiqué commun, les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa et Aurélien Taquet appellent “solennellement toutes les personnes ayant connaissance d’actes pédocriminels commis dans cette affaire ou dans d’autres” à se signaler à la justice.

Avant même sa parution, l’ouvrage de Vanessa Springora a ébranlé tout le milieu de l’édition française, qui a longtemps accordé à Gabriel Matzneff le prestige dû aux grands écrivains, sans jamais, ou presque, questionner ses pratiques.

Les accusations d’aveuglement, voire de complaisance ont éclaboussé notamment Bernard Pivot, présentateur de l’émission “Apostrophes” de 1975 à 1990, qui a invité à plusieurs reprises l’auteur des “Moins de seize ans” (Julliard).

“Je le regrette évidemment”, a déclaré, dans la dernière édition du Journal du dimanche, le chroniqueur littéraire, qui dit “n’avoir pas eu les mots qu’il fallait”.

Gabriel Matzneff a eu aussi droit aux égards du Centre national du livre (CNL), rattaché au ministère de la Culture, qui lui verse une allocation réservée aux écrivains confrontés à des difficultés financières liées au grand âge ou à la maladie.

“J’ai demandé au CNL de me fournir toutes les précisions sur cette situation. Je prendrai mes responsabilités”, a fait savoir le ministre de la Culture, Franck Riester, le 28 décembre sur Twitter. “L’aura littéraire n’est pas une garantie d’impunité.”

Simon Carraud, édité par Christian Lowe et Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below