January 3, 2020 / 10:28 AM / 3 months ago

France: Le Maire met en garde contre une logique de "grève perpétuelle"

Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire (photo) a mis en garde vendredi contre une logique de "grève perpétuelle", au 30e jour du mouvement social dans les transports contre le projet gouvernemental de réforme du système des retraites. /Photo prise le 28 octobre 2019/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a mis en garde vendredi contre une logique de “grève perpétuelle”, au 30e jour du mouvement social dans les transports contre le projet gouvernemental de réforme du système des retraites.

“Ce qui compte aujourd’hui c’est ce qui va venir dans les semaines et les mois qui viennent”, a-t-il déclaré à la presse lors d’une rencontre avec des commerçants dans le centre de Paris. “Soit on entre dans une logique de grève perpétuelle - c’est ce que souhaitent certains et la grève perpétuelle n’est pas un avenir pour la France, n’est pas un avenir pour les Français - soit nous trouvons la voie d’un compromis”.

“Cette voie d’un compromis permettra de passer à autre chose, elle redonnera à chacun la liberté de travailler et elle garantira notre système de retraites par répartition auquel nous sommes tous attachés”, a-t-il poursuivi.

Concernant l’impact économique de la grève, Bruno Le Maire a estimé qu’il n’y avait pas de “chiffres crédibles” à ce stade, tout en précisant que les secteurs de l’hôtellerie et des commerces à Paris et en Ile-de-France étaient les plus touchés.

L’exécutif, qui souhaite toujours présenter son projet de réforme en conseil des ministres le 22 janvier pour un examen au Parlement fin février, est engagé dans une course contre la montre pour tenter de trouver un compromis sur cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Les discussions entre l’exécutif et les partenaires sociaux, qui s’étaient soldées avant les vacances de Noël sur un statu quo, doivent reprendre mardi prochain sur cette réforme qui vise à fusionner les 42 régimes existants en un régime universel à points mais les marges de manoeuvre s’annoncent minces.

Plusieurs concessions pourraient être faites, notamment sur les question de la pénibilité ou sur les critères d’obtention du minimum retraites, mais l’exécutif ne semble pas vouloir revenir sur l’introduction de l’âge pivot à 64 ans, casus belli pour tous les syndicats y compris les plus réformistes dont la CFDT.

Entamé le 5 décembre dernier, le mouvement social dans les transports contre le projet de réforme a dépassé dans la durée les grandes grèves de 1995 - qui avaient poussé l’exécutif à renoncer à leur réforme des retraites - et la grève de 1986-1987 à la SNCF. Une nouvelle journée de mobilisation nationale est annoncée pour jeudi prochain.

Bruno Le Maire “a raison” sur la question de la grève perpétuelle et “il faut qu’il en tire les conséquences”, a réagi le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, à la presse à Paris. “La grève ce n’est pas un but en soi, le but c’est que le gouvernement et retire son projet.”

Leigh Thomas et Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below