December 6, 2019 / 7:13 PM / 4 months ago

Le SPD prolonge son bail au sein de la coalition avec la CDU

Norbert Walter-Borjans, Saskia Esken et d'autres délégués votent lors d'un congrès SPD. Les sociaux-démocrates allemands, désormais dirigés par l'aile gauche du parti, ont décidé vendredi de donner une chance à la coalition dirigée par Angela Merkel en posant des conditions plutôt modestes à leur maintien au sein du gouvernement. /Photo prise le 6 décembre 2019/REUTERS/Fabrizio Bensch

BERLIN (Reuters) - Les sociaux-démocrates allemands, désormais dirigés par l’aile gauche du parti, ont décidé vendredi de donner une chance à la coalition dirigée par Angela Merkel en posant des conditions plutôt modestes à leur maintien au sein du gouvernement.

Réunis en congrès à Berlin, les délégués du SPD ont voté à une large majorité un texte appelant à l’ouverture de discussions avec les conservateurs sur des mesures plus ambitieuses de lutte contre le réchauffement climatique, sur un relèvement du salaire minimum et sur des investissements dans les infrastructures. Une majorité de délégués a aussi voté explicitement contre un retrait de la coalition.

Les adhérents du SPD ont élu le week-end dernier à la tête du parti un tandem de gauche - Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken - hostile à l’accord qui a reconduit en mars 2018 la “grande coalition” avec le bloc conservateur (CDU-CSU) de la chancelière.

Devant les délégués à Berlin, Saskia Esken n’a pas caché ses doutes sur le maintien du SPD au sein de la coalition mais elle s’est déclarée prête à laisser encore une chance à cet attelage.

“J’étais, et je suis, sceptique sur l’avenir de cette grande coalition. Mais par cette résolution, nous donnons à la coalition une chance réaliste de continuer - ni plus, ni moins”, a-t-elle dit.

Son colistier, Norbert Walter-Borjans, a exposé quant à lui sa vision d’un pays socialement juste, préservé de la pollution, doté d’une industrie numérique et d’un système éducatif performant, des objectifs qui doivent selon lui prendre le pas sur le respect de règles budgétaires strictes que s’impose l’Allemagne sous l’influence des conservateurs.

Un retrait de la coalition, qui doit diriger le pays jusqu’en 2021, pourrait déboucher sur de nouvelles élections législatives très risquées pour le SPD, que les sondages placent à un médiocre 13% des intentions de vote, derrière les conservateurs, les Verts et le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne.

Madeline Chambers, Paul Carrel, version française Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below