November 25, 2019 / 11:30 AM / 19 days ago

Retraites: Philippe promet des orientations fin 2019

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe s’est engagé à présenter “avant la fin de l’année” ou début 2020 une feuille de route pour le projet de réforme des retraites, objet d’une journée de mobilisation le 5 décembre, ont déclaré lundi la CFTC et la CPME.

Edouard Philippe s'est engagé à présenter "avant la fin de l'année" ou début 2020 une feuille de route pour le projet de réforme des retraites, objet d'une journée de mobilisation le 5 décembre, ont déclaré lundi la CFTC et la CPME. /Photo prise le 25 novembre 2019/REUTERS/Stephane De Sakutin

Le Premier ministre, qui a convoqué pour dimanche un séminaire gouvernemental sur ce dossier, reçoit jusqu’à mardi syndicats et patronats dans le cadre des concertations sur le projet de régime universel par points fusionnant les 42 régimes existants d’ici à 2025.

Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, il suscite l’hostilité de nombreuses organisations syndicales, CGT et FO en tête, qui ont appelé à la mobilisation à partir du 5 décembre, 24 ans après les grandes grèves de 1995 qui avaient contraint le gouvernement d’alors à renoncer à sa réforme des retraites.

A l’approche de l’échéance, la pression s’accentue sur l’exécutif auquel patronat et syndicats demandent des “clarifications”, notamment sur la période de transition vers le régime unique ou encore la manière dont le gouvernement entend combler le déficit du régime des retraites en 2025.

“Le détail de la réforme en soi et les mesures les plus fortes ne pourront se faire qu’après le 5 (décembre) puisqu’il y a encore une série de négociations (...), mais le Premier ministre s’est engagé à communiquer avant la fin de l’année”, a indiqué le président de la CFTC, Cyril Chabanier.

Selon le président de la CPME François Asselin, Edouard Philippe aurait évoqué une présentation “au début de l’année prochaine” des grandes orientations du projet de loi prévu pour 2020.

Ce calendrier n’a pas été confirmé par le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, qui à l’issue de son entretien en fin d’après-midi a redit qu’il soutenait une “réforme systémique” et qu’il s’opposerait à une réforme purement “paramétrique”.

“Si le gouvernement était tenté d’aller tout seul, sans écouter les alertes qu’on lui a faites, forcément il ferait une erreur”, a-t-il déclaré à la presse. “Il est de sa responsabilité de ne pas créer l’affrontement, l’affrontement est mortifère pour tout le monde”.

Dans la matinée, le président du Medef avait pour sa part insisté sur la nécessité de ramener le système à l’équilibre financier en 2025, quelques jours après la publication d’un rapport du Conseil d’orientation des retraites évaluant le déficit du régime des retraites en 2025 entre 0,3% et 0,7% du PIB, soit 7,9 à 17,2 milliards d’euros.

“Pour atteindre l’équité, il faut passer par l’équilibre”, a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux.

Le Premier ministre a fait savoir la semaine dernière que plusieurs hypothèses étaient “ouvertes” pour combler ce déficit, évoquant la durée de cotisation ou une mesure d’âge.

Marine Pennetier, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below