November 1, 2019 / 7:23 AM / 13 days ago

Turquie et Russie mènent leur première patrouille dans le nord-est syrien

SEVIMLI, Turquie (Reuters) - Les troupes turques et russes ont effectué vendredi leurs premières patrouilles conjointes à bord de véhicules blindés dans le nord-est de la Syrie, dans le cadre d’un accord entre deux pays qui a contraint des combattants kurdes à quitter ce territoire situé près de la frontière turque.

Les troupes turques et russes ont effectué vendredi leurs premières patrouilles conjointes à bord de véhicules blindés dans le nord-est de la Syrie, dans le cadre d'un accord entre deux pays qui a contraint des combattants kurdes à quitter ce territoire situé près de la frontière turque. /Photo prise le 1er novembre 2019/REUTERS/Turkish Defence Ministry

Le 9 octobre dernier, la Turquie a lancé une offensive dans la région contre les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) qu’Ankara assimile au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu’elle considère comme une organisation terroriste.

La Turquie et la Russie se sont entendues la semaine dernière sur un départ des combattants de la milice kurde syrienne d’une zone de 30 km de profondeur le long la frontière syro-turque pour éviter une reprise de l’offensive des forces d’Ankara.

Des véhicules blindés turcs ont emprunté vendredi les routes nationales pour rejoindre leurs homologues russes, selon des images filmées par Reuters TV du côté turc de la frontière.

Environ quatre heures plus tard, ils sont rentrés en Turquie, montrent aussi les images.

Des unités terrestres et aériennes ont participé à la patrouille dans la ville de Darbasiya à la frontière syrienne, a annoncé sur Twitter le ministère turc de la Défense, montrant des photos de soldats étudiant une carte ainsi que quatre véhicules blindés.

Mercredi, le président turc Recep Tayyip Erdogana a déclaré que l’YPG n’avait pas terminé son retrait.

La Turquie a en outre remis dix-huit combattants présumés des forces gouvernementales syriennes qui avaient été capturés plus tôt dans la semaine dans le nord-est de la Syrie près de la frontière turque, a annoncé jeudi soir le gouvernement turc, sans indiquer à qui les soldats ont été remis.

Le ministère turc de la Défense a déclaré sur Twitter que cette décision avait été prise au terme d’une “coordination” avec les autorités russes, précisant que les soldats présumés avaient été capturés durant des opérations au sud-est de la ville de Raz al Aïn le 29 octobre.

Aux termes de l’accord conclu le mois dernier à Sotchi entre les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine, les armées des deux pays vont débuter vendredi des patrouilles conjointes dans la “zone de sécurité” établie en territoire syrien le long de la frontière avec la Turquie.

Bulent Usta, Jean Terzian et Matthieu Protard pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below