October 16, 2019 / 7:53 AM / a month ago

Dernière ligne droite pour les négociations sur le Brexit

Les négociateurs britanniques et européens doivent reprendre leurs discussions mercredi mais l'incertitude règne encore sur l'éventualité de parvenir à un accord avant le Conseil européen de jeudi et vendredi. /Photo prise le 4 juillet 2019/REUTERS/Vincent Kessler

BRUXELLES (Reuters) - Les négociateurs britanniques et européens doivent reprendre leurs discussions mercredi mais l’incertitude règne encore sur l’éventualité de parvenir à un accord avant le Conseil européen de jeudi et vendredi.

Selon des responsables impliqués, les discussions, qui se sont poursuivies dans la nuit de mardi à mercredi, ont permis de réduire significativement les divergences entre les deux parties.

Le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a évoqué mercredi matin sur Europe 1 une “lueur d’espoir” sur la possibilité que Londres et Bruxelles parviennent à s’accorder.

Faute d’accord avant le Conseil européen, le Premier ministre britannique Boris Johnson devra probablement reporter une nouvelle fois le “Brexit” - pour la troisième fois depuis le vote de juin 2016 en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).

“L’horloge tourne”, a déclaré un responsable européen au fait des négociations de mardi, suspendues à 01h30 du matin après plus de 16 heures de discussions. Un autre responsable européen a précisé que la perspective de conclure un accord était “proche mais pas certaine à 100%”.

Un responsable britannique a de son côté évoqué des progrès et fait état de discussions “constructives”.

Le sort de l’Irlande reste au coeur des discussions, les deux camps butent sur la définition d’un dispositif permettant de préserver l’intégrité du marché unique européen tout en évitant le rétablissement d’une frontière physique, susceptible de réveiller les tensions communautaires en Irlande du Nord, alors que cette province n’est plus censée appartenir à l’union douanière au-delà du 31 octobre.

Selon la dernière proposition soumise par Londres, l’Irlande du Nord resterait dans la zone douanière britannique et des tarifs douaniers s’appliqueraient sur les biens transitant par l’Irlande du Nord et à destination de l’Irlande, membre de l’UE, ou de tout autre pays appartenant au marché unique européen.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a déclaré mardi à des journalistes à Dublin que les discussions avançaient dans la bonne direction.

Myriam Rivet et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below